Samedi 21 Octobre 2017

Longjumeau, le site Internet

Vous êtes dans : Accueil > Développement durable > Espaces verts > Des récompenses pour la Ville > Fleurissement

Développement durable

Fleurissement

A Longjumeau, les tapis de fleurs sont agrémentés de fleurs en pot et de plantes grimpantes pour donner plus de verticalité au paysage.

Longjumeau est fleuri pour tout l’été et bien au-delà. Le service Parcs et jardins a préparé les massifs fin avril et débuté les plantations mi-mai (après les saints de glaces*) pour les fleurs et plantes les plus fragiles. Le fleurissement est varié : massifs, jardinières, suspensions, mélanges fleuris ou encore bulbes pérennes.

Un quartier, une ambiance

Chaque quartier bénéficie d’une conception florale particulière grâce à un travail sur les camaïeux et contrastes de couleur, ainsi que sur les formes (fleurs, feuillages ou massifs). Ainsi, la couleur dominante est le jaune pour le sud de la ville avec des œillets d’Inde, des roses d’Inde vanillia, des anthémis des zinnias… Le centre-ville est parsemé de jolies tâches blanches avec entre autres, des cosmos, du laurentia, des cléomes… De nombreuses plantes dans les tons mauves (verbena, solanum rantonetti, agapanthus, salvia farinacea…) adoucissent les massifs aux couleurs vives et panachés des hameaux de Balizy-Gravigny. Les tapis fleuris du quartier Gare-Marché sont eux aussi chamarrés, avec, des laurentia bleue, des gaura blanc, de l’helenium jaune…

Les jardinières apportent sur l’ensemble de la ville de la vivacité et de l’éclat avec des bégonias « dragon wing » rouge, du surfinia violet, des géraniums lierre rouge et rose, du millet pourpre… Les suspensions sont pensées sur la même base mais adoucies par du solanum blanc et du surfinia bleu.

Des prairies fleuries

Belle alternative au gazon, une prairie fleurie est en fleurs durant toute la belle saison et au-delà, réclame peu d’entretien et attire papillons, abeilles, oiseaux et autres petits animaux, utiles aux plantes et au jardinier.

Des prairies fleuries, il en existe pour tous les types de sol (rocaille, terrain sec, zone humide), pour toutes les expositions (ensoleillée, ombrée), pour tous les goûts et pour toutes les envies. Courant avril, le service Parcs et jardins en a semé en différents endroits de la ville : en périphérie du square d’Auvergne, au bout du square de la rue des renoncules, et en bordure des talus autour de la maison de quartier Georges Brassens. Ces sites placés autant à l’ombre qu’à la lumière profiteront d’une belle floraison estivale dans des nuances de mauve, ponctués de rouge.

* Les 3 saints, St Mamert, St Pancrace, St Servais (11, 12 et 13 mai) sont traditionnellement les derniers jours où des gelées nocturnes peuvent se produire. Un 4e saint, plus tardif, St Urbain (25 mai), est aussi connu dans les régions froides de la France.

 

 

 

5 sens au parc Nativelle

Semé également autour des ruches du verger, un mélange de fleurs ornementales et mellifères a été installé aux abords de la Maison de l’Abeille. Il associe des fleurs précoces comme l’Echium et la Phacélie avec des Cosmos pour garantir une ressource alimentaire aux abeilles en fin de saison. Un apport qui permet aux abeilles de se constituer le capital énergétique nécessaire pour passer l’hiver.

Non loin de là, autour des serres, un jardin aromatique éveillera tous vos sens. Les plantes médicinales, culinaires et odorantes s’invitent en ville ! Aneth, Allium, Fenouil, Sauge, Camomille, Souci, Bourrache, Organum, Basilic pourpre… Cette composition associe l’esthétique, l’olfactif et le gustatif et pourra être découvert pendant les portes ouvertes de la Maison de l’Abeille.

Un labyrinthe à l’arboretum

Au cœur de l’arboretum, le service Parcs et jardin a délimité par des allées fauchées des petites parcelles plantées de différents mélanges de plantes et de fleurs. A chaque petit carré est associé un panneau pédagogique présentant le nom des végétaux et leur intérêt. Grâce à ce concept ludique, naturel et éducatif, le labyrinthe pédagogique permet de sensibiliser grands et petits aux enjeux de la biodiversité.

la biodiversité au verger

Des mélanges de graines spécifiques ont été semés au verger pédagogique, notamment un assortiment de fleurs vivaces et messicoles permettant de fixer les insectes auxiliaires. Cette sélection de fleurs fixe et alimente notamment les syrphes et diptères capables de consommer entre 400 et 500 pucerons durant les 10 jours de leurs stades larvaires, ce qui permettra aux arbres du verger de s’épanouir en toute tranquillité.

Des fleurs dont la production de graines en phase de défloraison est importante vont également pousser ici. Cela fournira, en automne et en hiver (périodes de carence alimentaire) une source d’alimentation aux oiseaux granivores. Ce mélange très graphique et esthétique pendant les gelées hivernales, sera fréquenté par de nombreuses espèces d’oiseaux comme le verdier d’Europe, le chardonneret élégant, la linotte mélodieuse, ou encore le pinson des arbres qui possèdent un bec court et puissant bien adapté à la consommation de graines.

 

 

Gérer durable

Les espaces publics communaux sont gérés en respectant l’environnement. Engrais et pesticides chimiques sont proscrits. La gestion de l’eau est économe et respectueuse des sols avec des plantes adaptées a la sécheresse, des méthodes de culture et des techniques d’arrosage adaptées. La gestion différenciée des espaces tient compte de la typologie des espaces et des besoins des usagers et permet de préserver et de privilégier la biodiversité en ville.

 

 


Partager cette page sur :

facebook twitter google

Haut de page