L’Agenda 21, qu’est ce que c’est ?

En 1992, le Sommet de la Terre à Rio adopte des principes de base et des recommandations du développement durable réunis dans le programme d’actions pour le XXIe siècle, l’Agenda 21. En application du principe « penser global, agir local » les collectivités locales sont incitées à élaborer un Agenda 21 local permettant de mobiliser, sensibiliser et associer l’ensemble des acteurs à la construction d’un développement durable du territoire, c’est-à-dire un développement qui cherche à concilier la protection de l’environnement, le développement économique et le progrès social. Il donne à la collectivité un cadre pour agir sur le court, moyen et long terme. Coordonner l’ensemble des actions de la collectivité dans une approche globale (et non pas sectorielle) permet notamment de mutualiser des moyens et de faciliter la maîtrise des dépenses publiques.

Un agenda 21 s’élabore au terme de plusieurs étapes (diagnostic, définition de grandes orientations que l’on souhaite donner au projet, déclinaison en programme d’actions, exécution, évaluation, évolution du programme).

Les cinq finalités essentielles du développement durable sont :

  • La lutte contre le changement climatique et la protection de l’atmosphère
  • La préservation de la biodiversité, protection des milieux et des ressources
  • L’épanouissement de tous les êtres humains
  • La cohésion sociale et solidarité entre les territoires et les générations
  • Les dynamiques de développement suivant des modes de production et de consommation responsables.

Par ailleurs, cinq éléments déterminants pour assurer le succès d’une démarche de développement durable :

  • Une stratégie d’amélioration continue
  • La participation des acteurs
  • L’organisation du pilotage
  • La transversalité des approches L’évaluation partagée.

Campagne de démoustication

L’Entente Interdépartementale de Démoustication (EID) n’intervient que ponctuellement, et n’a pas pour mission de démoustiquer systématiquement. Elle le fait en général lorsqu’une personne est soupçonnée d’avoir contracté l’un des virus transmissibles par le moustique tigre (la dengue, le chikungunya, le zika…).

Une protection de proximité

Dans tous les cas, la meilleure défense contre les moustiques, c’est la prévention de proximité. Vous pouvez installer des pièges, des spirales, ou même vous équiper d’une raquette électrique. Combiner certains de ces trucs et astuces vous permet de réduire considérablement le nombre de moustiques dans votre jardin.

Ces conseils sont disponibles ici :

Démoustication

Vous pouvez également recourir à un produit de démoustication chimique, mais ce type de produit n’est efficace que très peu de temps (quelques jours, jusqu’à 2 semaines en fonction des conditions météorologiques) et il est très nocif pour l’environnement. En effet, ce type de produit à base de pyréthrinoïdes tue également beaucoup d’autres insectes aux endroits traités, comme les araignées, les papillons, ainsi que les animaux marins proches (poissons, crustacés). En traitant contre le moustique tigre, c’est l’écosystème qui se trouve totalement déséquilibré.

Deux campagnes anti-moustiques à Longjumeau

À l’été 2019, l’Essonne fut sujet à une prolifération inhabituelle de moustiques, en particulier dans le nord-est du département. Afin de lutter contre ce phénomène envahissant, la Ville a fait procéder à deux campagnes de démoustication au centre-ville et dans la plaine de Balizy, particulièrement touchés en raison de la présence de cours d’eau. La Ville a également été choisie par la Direction générale de la santé pour recevoir des pièges pondoirs anti-moustique tigre.

Contact

Service Agenda 21
6 bis rue Léontine Sohier
01 64 54 19 00