Avec 260 boutiques implantées en ville, soit 12 commerces pour 1 000 habitants, Longjumeau se situe au-dessus de la moyenne départementale (9 commerces pour 1 000 habitants dans l’Essonne). Ainsi, la ville dispose d’une offre commerciale importante et diversifiée, à contre-courant des idées reçues qui considèrent le commerce local comme en voie de disparition.

Pour autant, être commerçant aujourd’hui est incontestablement plus difficile qu’autrefois. La durée de vie des commerces s’est raccourcie, les locaux vides trouvent moins rapidement repreneurs et le commerce a considérablement évolué vers de nouvelles formes de vente, comme le e-commerce ou les grandes surfaces commerciales.

Cependant, soucieuse de préserver le tissu commercial, la Ville soutient son commerce de proximité notamment par le biais d’aménagements urbains, comme la réhabilitation de la rue du président-François-Mitterrand ou la rénovation du marché et de la place de Bretten, mais aussi, par exemple, avec une politique de stationnement adaptée.

De même, en organisant des réunions spécifiques, la municipalité se fait l’intermédiaire entre les artisans et commerçants et les chambres consulaires. En effet, la Chambre de commerce et d’industrie de l’Essonne et la Chambre de métiers et de l’artisanat de l’Essonne proposent diverses solutions d’accompagnement pour permettre aux commerçants de diversifier leur clientèle, se conformer aux réglementations, s’adapter aux technologies numériques ou préparer la transmission de leur entreprise.

  • Chambre de commerce et d’industrie : 01 60 79 91 78, www.essonne.cci.fr
  • Chambre de métiers et de l’artisanat : 01 69 47 54 28, www.cma-essonne.fr
  • Plateforme dédiée aux ventes de fonds : www.transentreprises.com

Avec « ma Boutique à l’essai », je me lance dans le commerce !

Susciter des vocations, attirer les porteurs de projets pour redynamiser le commerce local. Tel est l’objectif du concept « Ma boutique à l’essai ». Un dispositif souple et innovant auquel la Ville adhère et qui a été officiellement lancé le 10 mai 2019. Présentation…

Friches commerciales, locaux vacants, boutiques fermées… Si, contrairement à une idée fausse souvent répandue, les centres-villes ne « meurent  » pas, l’érosion commerciale qu’ils subissent constitue une menace bien réelle. En cause, l’implantation de petits centres commerciaux dans les villes alentour et l’essor fulgurant de la vente en ligne. Deux approches commerciales récentes et symboliques des contradictions des consommateurs, puisque les mêmes qui se plaignent de voir des commerces fermer sont souvent les premiers à acheter sur Internet.

Agir en facilitateurs

Face à ce défi complexe, pas question de céder à la fatalité, ni de raisonner « à l’ancienne  ». Ainsi, parce que la Ville ne peut pas racheter de baux commerciaux, elle a adhéré au dispositif national « Ma boutique à l’essai ». Le concept est simple  : vous avez un projet de commerce  ? Testez votre idée  ! Pendant six mois, un bail dérogatoire est signé avec le propriétaire des murs d’un local commercial assorti d’un loyer réduit et reconductible pour une durée de six mois. Avantages de l’expérimentation  : un gain de temps (plus besoin de rechercher un local), des charges de loyer connues à l’avance et des risques limités. Dès le départ, le porteur de projet peut donc se concentrer pleinement sur son activité. Envie de vous lancer  ? Un local libre est actuellement à disposition des candidats dans le secteur de l’église Saint-Martin. Un projet soutenu par un organisme bancaire, un assureur, en partenariat avec les chambres consulaires les réseaux d’accompagnements à la création d’entreprises du territoire et le Réseau des experts-comptables.

Contact

Service Commerce / économie
6 bis rue Léontine Sohier
01 64 54 19 00

Agenda
Voir tous les évènements