Lutte contre les espèces invasives

Publié le 15 novembre 2021
Au quotidien, chacun peut jouer un rôle important dans la sauvegarde de la biodiversité et la lutte contre les espèces invasives. Particulièrement menaçants, des prédateurs comme le frelon asiatique et la chenille processionnaire demandent de la vigilance.

La chenille processionnaire

La chenille processionnaire, est une espèce nuisible à la biodiversité animale et dangereuse pour l’homme. Les larves se développent pendant l’hiver en chenilles qui, au mois de mars, marchent en file indienne (en procession) pour se terrer afin de se transformer en papillon. C’est à ce moment-là que les dangers pour l’homme sont les plus importants. Les poils des chenilles processionnaires ont un effet urticant susceptible de provoquer d’importantes réactions (mains, cou, visage) et des troubles oculaires ou respiratoires. Les nids se situent, selon les espèces, sur des arbres hôtes de type pin ou chêne.

Pour lutter contre cet insecte :

  • Il n’existe aucun moyen de se débarrasser définitivement des chenilles. Les traitements sont à refaire chaque année. Il existe des solutions phytosanitaires biologiques (en aérien ou terrestre) ou chimiques (réalisés par des professionnels).
  • Couper et brûler les branches porteuses de pontes, pré-nids et nids (reconnaissables au jaunissement des épines).
  • Il existe enfin des pièges commercialisés par des entreprises spécialisées pour lutter contre cette chenille. 

Le frelon asiatique

Le frelon asiatique est très facile à reconnaître. C’est la seule guêpe en Europe à posséder une livrée aussi foncée. Les adultes sont brun noir et apparaissent, de loin, comme des taches sombres sur le nid. La tête est noire, la face jaune orangé, les pattes jaunes à l’extrémité.

Le nid de frelons asiatiques est caractérisé par de petites écailles concentriques. Il est plutôt sphérique et se situe souvent en pleine lumière.

Pour lutter contre cet insecte :

La lutte contre le frelon asiatique est une priorité. Un nid de frelons contient en saison 3000 individus (plus de 10 000 frelons pour les grosses colonies) et un seul d’entre eux tue environ 50 abeilles par jour. Le caractère invasif et nuisible du frelon asiatique est confirmé par un arrêté ministériel depuis décembre 2012. Il est classé dans la liste des dangers sanitaires de deuxième catégorie pour l’abeille domestique Apis Mellifera sur tout le territoire français. Il est possible de repérer les nids et de les signaler, en vue de les faire détruire par des professionnels. Les frelons sont agressifs, ne jamais tenter de détruire les nids soi-même sous peine de piqûres sévères.

Frelons asiatiques

Pour signaler un nid de frelons, contacter notre animateur du Patrimoine vert au Service Parcs et Jardins de Longjumeau :

01 64 54 19 90

Signalements :

pour des informations détaillées, consulter le site de l’Inventaire National du Patrimoine Naturel