Qualité et traçabilité dans les restaurants scolaires

Publié le 28 janvier 2020

Depuis la rentrée 2016, les élèves longjumellois ont du nouveau dans leur assiette. La société SHCB a remporté le marché public de restauration lancé par la ville.

En lançant ce marché public, la ville a revu ses exigences qualitatives et gustatives à la hausse. Dans le cahier des charges, la municipalité indique sa volonté d’avoir 20 % d’aliments bio et en provenance de circuits courts pour chaque repas. La volonté de la ville de privilégier les produits français, ou à minima européens, est donc parfaitement respectée. Les viandes de bœuf, porc, veau, et agneau servies sont, de préférence, françaises et issues des meilleurs morceaux possibles. La volaille, quant à elle, est nécessairement de classe A et 100 % dans le filet. Le poisson, proposé une à deux fois par semaine, est également 100 % dans le filet et ne fait en aucun cas l’objet d’une double congélation.

Pour respecter l’équilibre alimentaire, il ne faut pas oublier les fruits et les légumes ! Pour qu’ils soient les plus riches et savoureux possibles, ils sont obligatoirement de catégorie « extra » ou de catégorie 1. Les légumineuses (fèves, haricots, lentilles, pois secs) font leur apparition deux fois par mois dans les menus ! Elles constituent un apport protidique en remplacement de la viande, tout en s’intégrant dans un repas diététique. Les huiles de palme, coprah et coco des composants alimentaires sont complètement proscrites.