En complément de ses actions propres, la municipalité peut aussi compter sur un réseau étroit et privilégié de partenaires. L’action des médiateurs s’articule ainsi avec les autres acteurs intervenant directement ou indirectement dans le champ de la tranquillité publique. C’est au sein du Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance que l’ensemble de ces partenaires locaux décident de leur coordination et de la mise en action du schéma territorial de tranquillité publique.

Le conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD)

Autour du maire, la concertation prend forme au sein du conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD). Il s’agit de l’instance clé de la prévention partenariale.

Présidé par le maire, le CLSPD « constitue le cadre de concertation sur les priorités de la lutte contre l’insécurité et la prévention de la délinquance dans les communes » (article D. 132-7 alinéa 1 du Code de la sécurité intérieure issu du décret n° 2013-1113 du 4 décembre 2013). Il offre un cadre pratique à une ville pour appliquer sa politique de sécurité publique. Il a pour mission d’évaluer la situation des problèmes de délinquance sur le territoire communal et de proposer des orientations en termes d’actions. Outre la police municipale de Longjumeau, le CLSPD se compose de plusieurs acteurs locaux :

  • la police nationale
  • la gendarmerie
  • les sapeurs-pompiers
  • les bailleurs sociaux
  • le Parquet de justice
  • les transporteurs (bus, SNCF…)
  • l’Éducation nationale
  • la Direction de la cohésion sociale
  • le délégué du préfet
  • les partenaires associatifs, les services de l’Aide sociale à l’enfance et la Maison départementale des solidarités

Exemples d’actions

  • Coordination renforcée des forces de Police nationale et municipale, pour une meilleure présence améliorant l’efficacité des actions de proximité.
  • La vidéoprotection, outil technologique de dissuasion et de protection des personnes et des biens.
  • Un plan d’actions contre les conduites addictives, prévention sur la consommation d’alcool et de drogues, meilleur accès aux soins et sensibilisation sur les méfaits du trafic.
  • Sensibilisation des jeunes à la citoyenneté, au respect et sur les violences intrafamiliales, conjugales et scolaires.
  • Insertion sociale et professionnelle, pour les jeunes en difficulté ainsi que des possibilités de réinsertion pour les personnes au parcours difficile pour parer à la récidive.
  • Soutien aux victimes et aux mis en cause, le commissariat va se doter d’un intervenant social (assistante sociale, psychologue…).
  • Lutte et prévention de l’insécurité routière, coordonnées lors de journées annuelles d’action.

Le Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance et de la radicalisation (CLSPDR)

Depuis 2016, les conseils locaux de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD) ont vu leurs compétences étendues. Les coordonnateurs et leurs partenaires – services de l’État, acteurs locaux – peuvent désormais aborder les sujets liés à la prévention de la radicalisation. Le Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance et de la Radicalisation (CLSPDR) est l’instance de coordination locale du contrat local de sécurité (CLS). Il réunit, selon le territoire, l’ensemble des acteurs prenant part à l’application des politiques de sécurité et de prévention de la délinquance.