Historique des actions patrimoniales

2019 :

  • Restauration du 1er registre de délibérations de 1793-An 8 (950€),
  • Changement de l’enseigne du musée,
  • Réfection du panneau d’affichage en bois à l’entrée du bois des Templiers (utilisation des 4 pans du panneau pour la mise en valeur du site mais aussi sensibiliser les promeneurs au respect des lieux).
  • Achat de plaques officielles « Patrimoine historique » qui seront apposées sur l’église et le pont des Templiers,
  • Projet culturel : Délibération relative aux projets d’actions culturelles futures à mener (conseil municipal du 15 avril 2019).

2018 :

  • Restauration et numérisation du plan d’alignement de 1865 (1540€).
  • Nomination d’un référent « Mairie » pour le musée, le patrimoine historique et les associations patrimoniales de la ville,
  • Création et gestion du compte Instagram du Musée municipal du Dr Cathelin : en 7 mois, 70 publications pour faire la promotion de notre patrimoine, près de 210 abonnés du monde entier,
  • Inscription des activités culturelles à l’office du tourisme Paris Saclay (promotion du Musée des horreurs, mise en valeur du bois des templiers, des heures musicales…).

2017 :

  • Restauration et numérisation de l’Atlas (plan terrier) de 1776-1780 (2000€). Ce dernier, composé de 16 planches recto verso, représente la seigneurie qui comprenait alors les territoires de Longjumeau et Chilly.
    C’est le 19 juin 2018 que le Directeur des Archives Départementales de l’Essonne et l’Archiviste de la ville ont présenté en exclusivité à Son Altesse Sérénissime le Prince Albert II de Monaco, Duc de Valentinois et Comte de Longjumeau, ce patrimoine laissé par ses ancêtres.

2016 :

  • Restauration de 7 registres paroissiaux (1690€) dans la continuité de la restauration des 39 autres registres restaurés entre 2011 et 2015.

Et après…

La ville de Longjumeau soucieuse de l’intérêt que peut représenter ses archives a depuis 2011 engagée une politique de restauration et de valorisation de ses archives municipales les plus anciennes.

C’est aussi dans le cadre d’une politique plus large, à l’échelle du département et de l’agglomération, que la valorisation de l’offre patrimoniale locale, permettrait de déterminer l’articulation des sites essonniens entre eux : musée du Dr Cathelin, église Saint-Martin de Longjumeau, tour de Montlhéry, château de Montagu de Marcoussis, basilique de Longpont-sur-orge domaine de Chamarande…
C’est pourquoi, la préservation et la valorisation du patrimoine écrit, naturel, et immobilier sont inscrites dans le projet culturel municipal.

Un patrimoine à découvrir

Longjumeau est un de ces lieux privilégiés où les vestiges de l’histoire et les espaces verts ont su être habilement intégrés au tissu urbain.

Le parc Nativelle

La propriété du clos Saint-Cyr remonte à l’époque de Louis XV. Le château a été acquis par la ville de Longjumeau en 1972 pour y installer l’Hôtel de ville. Depuis 1997, le site accueille la médiathèque municipale, le cyberespace et la ludothèque. Devant le perron du château s’étend le parc municipal Nativelle dans lequel les habitants peuvent se prêter à des activités ludiques ou se détendre et profiter du cadre.
156 rue du Pdt. F. Mitterrand

L’église Saint-Martin

Cette église dédiée à Saint-Martin de Tours aurait été construite vers 1250, ce qui en fait le plus ancien monument de Longjumeau. Son splendide portail, classé et restauré en 2001, date du XVe siècle. Sur le contre-fort nord-ouest de la façade de l’église, on remarque une lanterne des morts : une tourelle de pierre coiffée d’un lanternon à plusieurs ouvertures. Celle de l’église Saint-Martin fait figure d’exception puisque ce type de construction est généralement érigé dans le cimetière jouxtant l’église et non juxtaposé à l’église.
Place de l’Eglise

Le musée municipal d’Histoire et d’Archéologie

Installé dans l’Hôtel des Dauphins depuis le XVIIIe siècle, le musée municipal présente une collection de qualité. Les résultats des fouilles archéologiques, entreprises depuis plus de trente ans par l’association Renaissance et Culture, occupent une place importante. Le musée abrite également les collections provenant de l’ancien propriétaire des lieux, le docteur Cathelin, éminent urologue mort en 1960 à l’âge de 86 ans.
Sur la façade du musée, une plaque rappelle la signature « la Paix dite de Longjumeau ». En 1562, les calvinistes, conduits par le Prince de Conde, ravagèrent la région ; toutefois Longjumeau fut épargnée grâce à un noyau important de protestants. Par la suite, Longjumeau fût choisie tout naturellement pour les négociations de paix pour clore la deuxième guerre de religion entre catholiques et protestants. Signée le 23 mars 1568 à Longjumeau, la paix fût nommée « Paix boiteuse et mal assise ». La plaque a été inaugurée en 1929.
134 rue du Pdt. F. Mitterrand – 01 69 10 28 69

Un résident hors du commun

En 1911, Vladimir Ilitch Oulianov, plus connu sous le nom de Lénine, avait loué un local dans le but de fonder une école clandestine du parti communiste au 17 rue du Pdt. F. Mitterrand. Cette maison avait l’avantage d’avoir une sortie par la rue Gustave Legrand, pour fuir au cas où la police du Tsar serait venue l’arrêter. Durant la même période, il s’installa avec sa compagne à Longjumeau au 91 rue du Pdt. F. Mitterrand. L’activité de Lénine à Longjumeau porta sur l’organisation d’une série de 29 conférences politiques dont 12 sur les principes agraires, 12 sur la théorie pratique du socialisme et 5 sur la conception matérialiste de l’histoire.
91 rue du Pdt. F. Mitterrand

Le château de Chambourg

Le château de Chambourg construit au début du XIXe siècle se situe au 5 avenue de l’Abbé Pierre. Il est depuis 1974 la propriété de la communauté Emmaüs qui a effectué une belle restauration du bâtiment. Si la propriété a été morcelée, le château, les écuries et le pigeonnier ont été conservés. Devant le bâtiment, le long de la rue se trouvent les anciennes écuries avec leurs fenêtres en demi-cercle.
5 avenue de l’Abbé Pierre

La statue du Postillon

Au centre de la ville, se dresse un monument à la gloire du compositeur Adolphe Adam, qui composa la musique de l’opéra-comique Le Postillon de Longjumeau en 1836. La statue fut inaugurée en 1897 et restaurée en 2003.

Le prieuré Saint-Éloi

L’établissement, fondé en 1234 par Jean de Dreux pour les religieux de Sainte Catherine du Val-des-Écoliers, eut une très florissante réputation au Moyen Âge ; la Révolution le déclara « bien national » et le prieuré fut vendu.

Les moulins de Longjumeau

Autrefois, dans notre région proche de la Beauce et de la Brie, quand il y avait une rivière on trouvait toujours des moulins car le pain était la principale nourriture de la population. À Longjumeau se trouvent le moulin Saint-Éloi, datant du XIIIe siècle (époque de la fondation du prieuré Saint-Éloi) ; le moulin de Gravigny acheté par la ville, racheté par la ville en 1958 et restauré, dont il ne reste que l’aile droite.

Relais des diligences

Longjumeau était le dernier relais pour les diligences avant Paris. Dès le XVIe siècle, on y compte 34 auberges destinées à l’accueil des voyageurs. Plusieurs noms d’hôtels, comme « Le Relais » et « La Taverne », font référence au passé de la ville.

Le bois des Templiers

Les promeneurs pourront, au cours de leur balade dans le bois des Templiers avec ses 35 000m2, découvrir les vestiges encore visibles de ce que fut la Commanderie fondée par les Templiers au XIIIe siècle. On s’arrêtera en particulier devant le plus vieux pont de l’île-de-France (XIIIe siècle) inscrit aux Monuments historiques en 1930, long d’une vingtaine de mètres et large de presque trois, composé de trois arches de style roman. C’est à l’extrémité aval du pont que se trouve la croix de Jérusalem, symbole de l’ordre du Temple, gravée dans la pierre au pied de la grande arche.

À l’occasion des Journées européennes du patrimoine 2019, des panneaux explicatifs, retraçant l’historique du site, sont installés à l’entrée de ce bois d’une grande richesse historique pour la commune.

Bois des Templiers. Entrée au 22 rue Honoré-de-Balzac 91160 Longjumeau.

Du tourisme vert au tourisme culturel

En partenariat avec la Communauté d’agglomération Paris-Saclay, une réflexion municipale est menée autour de la potentialité de ses patrimoines, en s’inscrivant dans la valorisation de ses sites à l’aide de mobiliers urbains qui pourraient être installés au niveau de :

  • l’église Saint-Martin,
  • l’hôtel du Dauphin,
  • la maison Lénine,
  • le clos St-Cyr,
  • la rue du PFM (pour les relais des diligences historiques),
  • le Postillon,
  • le château de Chambourg,
  • la plaine de Balizy,
  • le bois des Templiers…
    Objectif : découvrir le patrimoine longjumellois au gré de balades ou de parcours pédestres articulés autour de ces sites.

Pré-projet de circuit découverte