Le vote du budget est un acte primordial dans la vie d’une commune, car il est l’expression d’une volonté politique de l’équipe municipale. C’est le moment où la municipalité fixe les grandes orientations et inscrit l’ensemble des dépenses et recettes pour l’année. Celles-ci sont réparties en deux sections : fonctionnement (pour les services municipaux) et investissement, pour les grands projets (constructions, réfections, etc.).

Le budget primitif 2019 en bref :

  • 0 % d’augmentation des taux d’imposition communaux sur toute la durée du mandat
  • Maintien d’un haut niveau de service public malgré la baisse des dotations
  • Hausse de l’investissement : + 4,87 %
  • Maîtrise de la dette et des dépenses, notamment de la masse salariale
  • Reconduction des subventions aux associations : 2 millions d’euros
  • Mise en œuvre du Programme de renouvellement urbain (La Rocade/ Bel-Air)
  • Rénovation de la voirie : 16 millions d’euros sur 10 ans dans le cadre du transfert de compétences à la Communauté Paris-Saclay, reprise d’enrobés
  • Politique culturelle : L’Expo Japon, restauration de la halle Mandela, évolution de la bibliothèque en médiathèque, etc.
  • Extension et réhabilitation du réseau d’assainissement

Une dette maîtrisée

Le capital restant dû représente 23 millions d’euros, pour un taux moyen de 2,96 %. Le ratio de désendettement n’est que de 6,45 ans (le seuil critique étant de 12 ans). Rappelons qu’en comptabilité publique, dans les collectivités locales, l’emprunt ne peut servir qu’à financer l’investissement.

Budget assainissement

Le chapitre assainissement fait l’objet d’un budget de 2,2 millions d’euros dans lequel il est prévu plusieurs travaux de raccordement.

Conformément à la loi NOTRe, la Ville met à disposition les documents budgétaires adossés au budget primitif.

Malgré un contexte toujours plus contraignant (perte pour la Ville de 2,4 millions d’euros de dotations de l’État depuis 2014), ce budget 2019 permet de préserver l’avenir grâce à l’action de plusieurs leviers :

  • Maîtrise des dépenses, notamment celles relatives à la masse salariale avec la mise en œuvre des 1 607 heures/an et par agent, application du principe de non-remplacement systématique des départs
  • Recherche d’autofinancement, mise en place d’une politique de mécénat culturel
  • Gestion dynamique du patrimoine communal (utilisation partagée ou vente de bâtiments vétustes ou trop énergivores)
  • Mutualisation et transferts de compétences avec la communauté d’agglomération Paris-Saclay (compétence voirie en 2018, compétence assainissement en 2020)
  • E-administration et dématérialisation