Mardi 12 Décembre 2017

Longjumeau, le site Internet

Vous êtes dans : Accueil > Vie de quartier > Sécurité et prévention > Vidéo-protection > Souriez, vous êtes protégés !

Vie de quartier

Souriez, vous êtes protégés !

Depuis janvier 2012, la vidéo-protection est arrivée à Longjumeau. 23 caméras filment 24h/24h et 7j/7j les quartiers de Longjumeau, pour une ville plus sûre.

Longjumeau est une ville qui fait la part belle à la prévention. Un contrat local de sécurité a été mis en place il y a plusieurs années déjà, les médiateurs urbains sont toujours au plus proche de la population, et la police municipale se modernise progressivement. La vidéo-protection est le dernier outil très attendu pour parfaire cet attirail préventif.

La vidéo-protection facilite ce que l’on pourrait nommer la gestion urbaine de proximité. Elle participe aux missions de tranquillité publique : détection des infractions mineures (ivresses publiques et manifestes…), assistance aux personnes (malaises, personnes errantes, SDF…), identification d’incidents techniques (pannes d’éclairage, poubelles renversées, encombrants sur la chaussée…), détection du stationnement gênant... Une fois ces dysfonctionnements repérés par l'intermédiaire des caméras, des effectifs (secours, police municipale, ASVP, services techniques, fourrière…) sont dépêchés pour y mettre un terme.

Un cadre légal strict

Le déploiement de la vidéo-protection répond à un cadre légal précis, et en particulier la loi 95-73 du 21 janvier 1995 renforcée par la loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure (LOPPSI 2) de mars 2011.

Celle-ci attribue à la Commission Nationale Informatique et Libertés (CNIL) d'importantes compétences de contrôle de tous les dispositifs de vidéo-protection installés sur le territoire national. Elle peut désormais mettre en demeure les responsables de ces systèmes si elle constate des manquements aux obligations qui s'imposent à eux (information du public, respect de la durée de conservation des enregistrements, limitation des destinataires des images, etc.). Elle peut enfin proposer au préfet d'ordonner des mesures de suspension ou de suppression du dispositif contrôlé. Cette supervision de la CNIL assure le respect des droits et libertés des citoyens.

A Longjumeau

Les objectifs privilégiés par la municipalité sont la sécurité des personnes et des biens et la protection des bâtiments et installations publics. En se fondant sur l’analyse des statistiques de la police nationale, de la police municipale et du Centre Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CLSPD), portant sur les actes de délinquances et les incivilités (tags, graffitis…), des zones prioritaires à équiper ont été identifiées. Sur cette base, un cabinet d'études a proposé un plan d'implantation des caméras, validé par le Comité de pilotage de la vidéo-protection et présenté l'année dernière aux conseils de quartier et au conseil des aînés.

Des travaux de mise en œuvre

La mise en place de la vidéo-protection a nécessité l’installation d’un réseau de 23 caméras relié à un centre de protection urbain (CPU). Le déploiement de ce dispositif est inclus dans le Partenariat Public Privé (PPP) signé en 2010 avec ETDE pour l’éclairage public. En complément de la vidéo, la rénovation complète de l'éclairage urbain améliore les cheminements lumineux pour permettre à tous les Longjumellois de se déplacer sans risque.

L’Etat participe également financièrement à hauteur de 300 000 € par une subvention du Fonds Interministériel de Prévention de la Délinquance (FIPD).

Le CPU a trouvé sa place dans un bâtiment acheté par la Ville en 2010 dans le cadre de la création du parc urbain en centre-ville. Des travaux de rénovation ont été nécessaires pour rendre ce bâtiment fonctionnel et sûr.

En parallèle, la police municipale a renforcé ses effectifs, en particulier par le recrutement de trois opérateurs vidéo, spécialement formés à l'utilisation du système installé.

L'installation de ces caméras a fait l'objet d'une autorisation préfectorale délivrée en 2010. Elle est délivrée pour une durée de 5 ans, après avis de la commission départementale des systèmes de vidéo-protection. Une nouvelle demande devra donc être formulée auprès de la préfecture en avril 2015.

Partager cette page sur :

facebook twitter google

Haut de page