Jeudi 21 Février 2019

Longjumeau, le site Internet

Vous êtes dans : Accueil > Vie de quartier > Sécurité et prévention > Renforcer la sécurité, notre priorité

Vie de quartier

Renforcer la sécurité, notre priorité

Evolution de la délinquance, vidéoprotection, vigilance citoyenne ... Toutes les informations ici ...

En matière de sécurité, notre commune se situe à un niveau de délinquance inférieur à la moyenne départemen­tale. Toutefois, il y a un an, Madame le Maire a décidé d’interpeller publiquement le Premier ministre dans une lettre ouverte (article consultable ici), afin de l’alerter sur un trafic de stupéfiants implanté sur notre commune et récla­mer davantage de moyens de police.

Un an après, où en sommes-nous ?
À la suite de l'intervention de Madame le Maire, des effectifs supplémentaires ont été affectés au commissariat de police de Longjumeau. Ils sont venus renforcer la brigade anti-criminalité (Bac) de jour, notre ville étant l’une des rares à en disposer. Un groupe d’investigation spécialement dédié au trafic de stupé­fiants a également été constitué. En quelques semaines, le nombre d’en­quêtes a été multiplié par quatre.

Des opérations conjointes avec la police municipale sont organisées, per­mettant une forte augmentation des interpellations et mises en garde à vue (+35 %). Il faut noter que sur les 84 individus placés en garde à vue cette année, la moitié sont des mineurs !

Les riverains des quartiers sud sou­tiennent les efforts conjoints de la police et de la Ville, demandant plus de fermeté sur les peines de justice pro­noncées.

Au centre-ville, le sentiment de tran­quillité s’est amélioré. La municipalité fait respecter l’arrêté d’interdiction de vente d’alcool après 21h et de ferme­ture des épiceries à 22h, diminuant de fait les regroupements intempestifs.

À Balizy-Gravigny, la police a été moins sollicitée cette année, sauf principale­ment pour des plaintes pour nuisances sonores et des excès de vitesse route de Corbeil. Les contrôles routiers seront intensifiés. La brigade de nuit de la police municipale poursuit ses patrouilles pour rassurer les riverains.

Sur l’ensemble de la ville, les cambrio­lages et les vols de voitures sont en diminution. Une action spécifique a été conduite sur les rassemblements nocturnes. Avec les travaux, ils ont cessé place Bretten et ont diminué ail­leurs, où ils restent sous surveillance : parc Mandela, gymnase Courtand, parc Schoelcher, gare de Balizy-Gravigny. Les nouvelles caméras de vidéoprotec­tion y aideront.

Grâce à des moyens renforcés, la police municipale a procédé à 43 interpella­tions en flagrance en 2018 et augmen­té les contrôles sur la voie publique, d’épiceries (hygiène, vente d’alcool), de police de la route (aux abords des écoles), de logements dégradés, etc. Je tenais à vous informer de ces résultats qui vont dans le bons sens.

Toutefois, nous devons aller plus loin et ne pas relâcher nos efforts. Après le classement en zone de Police de sécurité du quotidien (PSQ) obtenu l’an dernier, Madame le Maire tenu à ce que notre ville soit l’une des premières à solliciter, auprès du ministère de l’Intérieur, le classe­ment de La Rocade/Bel Air en Quartier de reconquête républicaine (QRR).

Cette classification haute priorité aurait pour conséquence l’arrivée à Lon­gjumeau d’un nombre significatif de renforts pour le commissariat, en parti­culier pour son équipe dédiée au trafic. Elle permettrait de soulager ses effec­tifs et lutter plus efficacement contre les autres formes de délinquance.

 

Vers une réforme de l'ordonnance de 1945?
Le 7 novembre 2018, Sandrine Gelot était invitée au micro de France Bleu Ile-de-France. L’occasion d’un premier bilan, un an après son appel solennel au Premier ministre pour obtenir davantage de moyens et mieux lutter contre le trafic de stupéfiants.

Interrogée sur la délinquance des mineurs, le maire de Longjumeau estime qu’« il faut faire évoluer l’ordonnance de 1945 sur les mineurs . (...) Je ne dis pas qu’il faut les envoyer en prison. Je pense qu’il faut créer plus d’unités pour les délocaliser, pour les sortir de leur milieu où on a l’impression qu’ils n’ont pas d’autre issue que de se baigner dans le trafic ». La mainmise des trafiquants sur les quartiers « flingue notre jeunesse », déplore l’élue essonnienne. En effet, une personne mise en garde à vue sur deux à Longjumeau est un mineur.

L’appel du maire semble avoir été entendu. Deux semaines plus tard, le ministre de la justice, Nicole Belloubet annonçait à l’Assemblée nationale que « le gouvernement sollicitera du Parlement, dans le cadre de la loi pour la réforme de la justice, une habilitation à réformer l’ordonnance de 1945 par la création d’un code de justice pénale des mineurs ». Reste à savoir quand cette réforme sera mise en oeuvre, et s’il ne s’agit pas d’un effet d’annonce sans lendemain.

Retrouvez la vidéo YouTube "Ville de Longjumeau"

 

Découvrez l'intégralité du second numéro de "La lettre du Maire" à télécharger :


Partager cette page sur :

facebook twitter google

Haut de page