Dimanche 19 Novembre 2017

Longjumeau, le site Internet

Vous êtes dans : Accueil > Vie de quartier > Sécurité et prévention > Contrat Local de Sécurité de la Ville

Vie de quartier

Contrat Local de Sécurité de la Ville

En se dotant d’un Contrat Local de Sécurité, la Ville affirme sa volonté de faire travailler ensemble les acteurs pour la sécurité des Longjumellois.

Ils étaient nombreux le 9 avril 2010 autour de Nathalie Kosciusko-Morizet, maire de Longjumeau, et de Mohammed Bouazzaoui, Conseiller municipal délégué à la Prévention. Le Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CLSPD) a décidé de franchir une nouvelle étape dans la politique de prévention de la délinquance menée par la Ville en signant un Contrat Local de Sécurité (CLS). Si le CLSPD, en place depuis 2003, relève d’une obligation légale pour les Villes de plus de 10 000 habitants, la mise en place d’un CLS, en revanche, est facultative.

Cet engagement au service des citoyens a pour vocation de réduire la délinquance que subissent les habitants au quotidien et prévenir les actes d’incivilité en favorisant un travail commun des acteurs de la prévention et de la sécurité (Police nationale, municipale, Éducation nationale, médiateurs urbains, magistrats, bailleurs…).

Quels sont les apports du CLS ?

Tranquillité publique, délinquance des jeunes, prévention et soutien aux victimes sont les principaux thèmes déclinés en 11 fiches action qui fixent les 6 axes qui coordonnent le travail des différents acteurs du CLSPD pour les trois années à venir. Régulièrement, des points d’étape suivront la mise en place des actions et pourront apporter des améliorations si nécessaire.

Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance

Le CLSPD offre un cadre pratique à une ville pour appliquer sa politique de sécurité publique. Il a pour mission d’évaluer la situation des problèmes de délinquance sur le territoire communal et de proposer des orientations en termes d’actions. On retrouve autour de la table, sous la présidence du Maire, le Conseil général, la Préfecture, le Procureur de la République du Tribunal de grande instance, la Police nationale, la Police municipale, les Sapeurs Pompiers, l’Education nationale, diverses associations (aides aux victimes, prévention spécialisée, locataires…), les bailleurs, la Protection judiciaire de la jeunesse, la Mission locale, l’hôpital et enfin un coordonateur. C’est le CLSPD qui décide des orientations du CLS.

Quelques exemples d’actions

· Coordination renforcée des forces de Police nationale et municipale,pour une meilleure présence améliorant l’efficacité des actions de proximité.

· La vidéoprotection, outil technologique de dissuasion et de protection des personnes et des biens.

· Un plan d’actions contre les conduites addictives, prévention sur la consommation d’alcool et de drogues, meilleur accès aux soins, et répression des trafics de stupéfiants.

· Sensibilisation des jeunes à la citoyenneté, au respect et contre la violence.

· Insertions sociale et professionnelle, pour les jeunes en difficulté ainsi que des possibilités de réinsertion pour les personnes au parcours difficile pour parer à la récidive.

· Soutien aux victimes et aux mis en cause, le commissariat va se doter d’un intervenant social (assistante sociale, psychologue…).

· Lutte et prévention de l’insécurité routière, coordonnées lors de journées annuelles d’action.

Mais aussi

Un Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance

En décembre, le CLSPD s’est réuni pour faire le point sur les actions menées par les différents acteurs pour la sécurité des longjumellois.


Partager cette page sur :

facebook twitter google

Haut de page