Jeudi 17 Août 2017

Longjumeau, le site Internet

Vous êtes dans : Accueil > Solidarités > Santé > Hôpital de Longjumeau > Des services à la pointe > La chirurgie orthopédique

Solidarités

La chirurgie orthopédique

L’hôpital de Longjumeau peut se targuer d’être un établissement de référence en région parisienne pour la pose de prothèse totale du genou (arthroplastie) assistée par ordinateur.

La chirurgie orthopédique est une spécialité qui traite essentiellement des maladies des articulations, des os, des tendons, des ligaments et des nerfs des membres. Elle intervient le plus souvent pour prendre en charge les traumatismes et les maladies dégénératives comme l’arthrose. C’est justement sur le traitement de l’arthrose que l’équipe du Docteur Wodecki, qui travaille au second étage de l’hôpital de Longjumeau, a construit son excellente réputation. Si la pose de prothèses de hanche reste l’activité principale du service, c’est pour l’arthroplastie totale du genou avec assistance informatique qu’il se démarque encore plus en étant précurseur en Essonne.

« La méthode assistée par ordinateur est arrivée en France au début des années 2000, indique le Docteur Wodecki (photo). A Longjumeau, nous l’utilisons depuis 2006. L’ordinateur ne remplace pas l’homme, mais sert de soutien précieux. Le chirurgien est maître de son geste et de ses décisions. L’ordinateur le guide pour la recherche des axes, l’orientation des coupes osseuses et le contrôle de la balance ligamentaire ce qui n’est pas toujours facile avec la méthode traditionnelle. » Le service de chirurgie orthopédique de Longjumeau compte quatre chirurgiens dont deux sont formés à l’arthroplastie assistée par ordinateur.

Pourquoi opérer ?

L'arthrose avancée est de loin la principale raison pour procéder à la pose d'une prothèse totale du genou. Elle se manifeste par des douleurs persistantes aux articulations causées par l’usure anormale du cartilage. « Parfois la destruction du cartilage aux extrémités de l’os provoque un contact os-os. Une malformation osseuse associée à une usure avancée, liée à l’arthrose, entraîne des déformations importantes des membres. Dans ces cas, les genoux sont déformés soit en parenthèses (arqués), soit en X (cagneux). » Quand la douleur est trop importante et que les traitements médicamenteux (antalgiques, antiarthrosiques…) et non médicamenteux (perte de poids, exercice physique, chaussures et semelles orthopédiques…), et infiltratifs (corticoïdes) ne suffisent plus, une arthroplastie totale du genou devient inévitable. « Cette chirurgie concerne une population relativement âgée (plus de 60 ans en général), envoyée par le médecin traitant la plupart du temps. 75 000 arthroplasties du genou sont pratiquées en France chaque année, dont une soixantaine à Longjumeau. »

Opération assistée par ordinateur

Le matériel d’assistance est composé d’une station de navigation permettant un repérage spatial en temps réel. La station comporte un ordinateur, un localisateur infrarouge et une pédale à double commande. Après avoir incisé la face antérieure du genou en respectant le tendon rotulien, le chirurgien va poser des marqueurs constitués d’un ensemble de diodes infrarouges sur le tibia et le fémur du patient. Cela permettra à l’ordinateur de numériser le squelette de la jambe du patient. Mettre en place une prothèse du genou nécessite de retirer suffisamment d'os à l'extrémité du fémur (cuisse) et du tibia (jambe) afin d’avoir un genou parfaitement axé. La numérisation permet cette extrême précision en indiquant au chirurgien l’angle de coupe parfait. « Un chirurgien d’expérience est capable visuellement d’identifier l’épaisseur d’os à retirer et le bon axe de coupe. L’assistance informatique apporte une assurance supplémentaire pour un positionnement optimal qui augmentera la longévité de la prothèse. » A chaque étape de l’opération le matériel informatique permet au chirurgien de vérifier le fonctionnement du genou pour un résultat optimum, notamment sa flexion, son extension et l'équilibre des ligaments. Ces éléments sont tous très importants pour l'obtention de bons résultats et le soulagement de la douleur. « L’opération exige un séjour à l'hôpital d’une semaine, puis une période de convalescence en centre de rééducation de deux semaines. La plupart des patients bénéficient d'une réduction significative de la douleur et peuvent reprendre leurs activités quotidiennes. »

Le service de chirurgie orthopédique de l'hôpital de Longjumeau

Le service s’organise en 4 branches : la consultation menée par les chirurgiens, le bloc opératoire où 6 infirmières spécialisées (IBODE : Infirmière de Bloc Opératoire Diplômée d’Etat) interviennent avec les chirurgiens, l’hospitalisation avec 6 infirmières diplômées d'Etat, et les urgences assurées par le chirurgien orthopédiste de garde. Le service compte une quarantaine de lits dont 21 lits au 2e étage et 10 lits en chirurgie ambulatoire.

 

En savoir plus ...

 

La prothèse

Une prothèse totale du genou est composée de 4 éléments :

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Condyle fémoral

Un condyle est une surface articulaire elliptique convexe autour de laquelle va s'appliquer un autre os. Celui-ci, en chrme/cobalt, parfaitement profilé (il existe différentes tailles) est étudié pour diminuer les pressions rotuliennes et augmenter la stabilité. Il est fixé sur l'extrémité du fémur.

L'insert en Polyéthylène

Il jour le rôle du cartilage. Il est inséré entre le condyle fémoral et l'implant tibial. Il est composé de polyéthylène biocompatible, et apprécié en orthopédie pour son faible coefficient de frottement et ses qualités d'amortissement.

L'insert rotulien

C'est un médaillon en polyéthylène biocompatible également qui s'articule avec le condyle fémoral. Son utilisation est facultative.

L'implant tibial

C'est la partie que l'on positionne sur l'extrémité supérieure du tibia. L'implant est constitué de titane. Sa quille mesure environ 5 centimètres.

Partager cette page sur :

facebook twitter google

Haut de page