Jeudi 17 Août 2017

Longjumeau, le site Internet

Vous êtes dans : Accueil > Développement durable > Une Ville durable > L'air que respirent nos tout-p’tits

Développement durable

L'air que respirent nos tout-p’tits

Une campagne de mesure de la qualité de l’air a débuté en janvier au sein de la crèche collective Yvonne Estival.

Quel parent peut rester insensible à l'air que respire son bébé ? Les enfants, et en particulier les plus petits, vivent plus de 90 % de leur temps dans des espaces intérieurs (maisons, crèches, écoles, voitures...). Si les préoccupations sur l'air que l'on respire en ville sont bien présentes, celles sur la qualité de l'air intérieur sont bien souvent négligées. Et pourtant, de nombreuses études montrent que l'air est plus pollué à l'intérieur qu'à l'extérieur.

Le Grenelle de l’environnement a souligné la nécessité d’améliorer nos connaissances des polluants éventuellement présents dans les locaux, notamment les lieux publics, afin de mettre en œuvre des mesures de gestion appropriées. Pendant l’année scolaire 2010/2011 des opérateurs sélectionnés par le ministère du Développement durable interviennent dans 150 établissements (crèches et écoles primaires) afin d'effectuer des campagnes de relevés et de proposer des adaptations ou des comportements pour améliorer la qualité de l'air qui y est respiré.

A Longjumeau, les techniciens d’AirParif mènent deux campagnes de mesures au sein de la crèche Yvonne Estival : une du 17 au 28 janvier et l’autre du 2 au 13 mai. Financée par l'État, cette campagne est menée en partenariat avec les ministères chargés du Développement durable, de la Santé, de l'Éducation nationale et de la Famille.

Que mesure t-on ?

De nombreux facteurs influent sur la qualité de l’air intérieur : l’environnement extérieur, les équipements et matériaux des bâtiments, le mobilier et le matériel quotidien, les individus et leurs activités… Trois polluants classés prioritaires par l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (Afsset) sont particulièrement ciblés :

  • le formaldéhyde, substance irritante pour le nez et les voies respiratoires, pouvant causer de l'asthme, est émis notamment par certains matériaux de construction, le mobilier, certaines colles, les produits d’entretien…
  • le benzène, issu de la combustion (gaz d’échappement notamment), augmente les risques de cancers et de leucémies.
  • les phtalates, présents dans les plastiques des jouets par exemple, entraînent des troubles de la fertilité.

Le dioxyde de carbone (CO2), sans effet notable sur la santé mais représentatif du niveau de confinement des locaux, est également pris en compte.

Les mesures sont réalisées avec des dispositifs autonomes, silencieux, très peu encombrants et non susceptibles de perturber les enfants. Elles s’étalent sur une à deux semaines de présence des enfants. Les concentrations en formaldéhyde pouvant varier fortement d’une saison à l’autre, celui-ci sera mesuré sur deux périodes différentes : en période froide (janvier) et en période chaude (mai).

Les résultats

Pour la phase hivernale, les premiers résultats des mesures seront disponibles au printemps. Selon ces derniers, différentes solutions seront proposées. Le diagnostic pourra conduire à des préconisations de travaux et/ou de réorganisation des activités afin de diminuer sensiblement l’exposition des enfants et des personnels, ou à l'adaptation des produits cosmétiques et d'entretien utilisés à la crèche.

 

Aérez !

L'air extérieur étant de meilleure qualité que l'air intérieur, il est important de bien aérer son logement, même en période froide.

Assurez-vous que vos ventilations (VMC, fenêtres...) ne sont pas obstruées. Boucher une prise d'air peut déséquilibrer le circuit de renouvellement de l'air de votre logement.

Renouvelez l'air de votre logement régulièrement. Eteignez tous les appareils de chauffage puis ouvrez en grand les fenêtres pendant 5 à 10 min. L'air sera ainsi renouvelé sans que les murs et le mobilier n'aient eu le temps de refroidir.

Un simple entrebaillement de votre fenêtre n'est pas suffisant pour renouveler l'air mais refroidira la pièce durablement.

Partager cette page sur :

facebook twitter google

Haut de page