Dimanche 22 Octobre 2017

Longjumeau, le site Internet

Vous êtes dans : Accueil > Développement durable > Espaces verts > Les arbres > Inventaire Phytosanitaire

Développement durable

Inventaire Phytosanitaire

Longjumeau a compté et ausculté ses arbres afin d’obtenir un plan de gestion de son patrimoine arboré.

Bois, bosquets, parc, squares, arbres d’alignement, arbres isolés… Longjumeau est une ville très largement boisée. Les résultats de l'expertise du patrimoine arboré de Longjumeau révèlent un état sanitaire et mécanique globalement satisfaisant. Les parcs, squares, espaces arborés sont bien structurés avec des arbres globalement en bon état. Pour mener à bien cette mission, la ville avait mandaté dès 2011 un cabinet de géomètre, l’entreprise Progexial dont la mission était de réaliser la cartographie de l’implantation des arbres par localisation GPS. Ensuite, un expert en arboriculture ornementale, Vincent Dellus, a effectué les relevés mécaniques et sanitaires de tous les arbres.

Relevé topographique et inventaire

Les arbres en fonction de leur lieu de vie ne sont pas gérer de la même manière. En bois ou forêt, leur entretien est pensé collectivement alors qu’en ville, chaque arbre d’ornement (de bosquets, de bords de voirie, de parc et autres lieux publics) est traité individuellement. Grâce au relevé GPS des géomètres, l’expert a diagnostiqué l’état de santé des arbres Longjumellois. Ce n’était pas une mince affaire puisque la ville compte 1566 arbres de voirie et 2300 arbres de parcs et de lieux publics ! Il a ainsi établit pour chacun de ces 3866 arbres une cartes d’identité relevant la typologie (arbres isolés, d’alignements…), la dendrométrie (essences, dimensions, stade de développement), l’état phytosanitaire et mécanique (notation de 1 à 5) ainsi que des préconisations : entretien (tailles diverses), mise en sécurité (réduction, interventions particulières, abattage…) ou diagnostic approfondi pour les cas complexes.

Examen

Tel un médecin, l’expert a procédé à l’examen clinique de chaque arbre. Le premier constat concerne l’aspect global visuel : Y’a-t-il un défaut de structure ? Le feuillage correspond-il à la saison ? Est-il assez dense ? L’arbre est-il blessé sur le tronc ? Y’a-t-il des nécroses ? Des champignons ? Avec un marteau, on repère les éventuelles cavités qui ont pu se creuser dans à l’intérieur du tronc. Si l’arbre sonne fortement creux, il faut faire en différents endroits, des percées à l’aide d’un résistographe. L’analyse des sondages permet de déterminer la solidité de l’arbre.

Gestion du patrimoine

La gestion du parc arboré longjumellois ne nécessite des interventions simples et localisées. Il s’agit de soin basique (traitement à la bouillie bordelaise par exemple), de taille préventive (pour éviter un obstacle), ou de taille curative (branche cassée, champignons, gui…). Pour certains arbres que l’on veut conserver, il est nécessaire de tester la capacité à répondre aux fortes brises. Les interventions les plus simples pour limiter la prise au vent sont la taille ou pour les cas critiques, l’élagage, à utiliser avec discernement car il peut fragiliser un arbre en favorisant les infections.Il existe de rares points noirs qui sont traités en priorités. Ce sont essentiellement des arbres morts, dépérissant ou présentant des défauts mécaniques de la structure du bois. Par conséquent, des abattages sécuritaires sont inévitables en certains endroits.

 

Partager cette page sur :

facebook twitter google

Haut de page