Samedi 24 Février 2018

Longjumeau, le site Internet

Vous êtes dans : Accueil > Développement durable > En pratique > Thermographie aérienne > Une nouvelle thermographie aérienne

Développement durable

Une nouvelle thermographie aérienne

Une nouvelle thermographie aérienne de la ville a été réalisée par Europ’Essonne en mars 2013. Les résultats sont consultables en ligne.

Pendant trois nuits, en mars 2013, la ville a été survolée à 500 m d’altitude par un drôle d’engin chargé de prendre des clichés thermiques de la ville. Et ce n’était pas la première fois ! Un hélicoptère avait déjà survolé la ville avec les mêmes intentions en janvier 2009. C’était pour réaliser une thermographie aérienne.

Pionnier

À l’époque, Longjumeau était la première commune de l’Essonne à réaliser une thermographie. Les résultats avaient été présentés dans un numéro spécial du magazine (numéro 8 d’avril 2009) et donnés lieu à une restitution publique avec des professionnels du bâtiment pour aider les propriétaires. En mars 2013, c’est la communauté d’agglomération Europ’Essonne qui s’est lancée dans l’aventure. Les vols ont été réalisés sur toutes les communes de l’agglomération, et 3 nuits de mars ont concerné Longjumeau (du 4 au 5 entre 0h30 et 1h30, du 5 au 6 entre 23h et 1h30 et du 20 au 21 entre 22h45 et minuit). Les conditions du vol sont très strictes : température extérieure inférieure à 5°C, pas de soleil, ni de vent, de pluie ou de neige...

 

Comment ça marche ?

Une caméra thermique embarquée dans l'hélicoptère permet d’avoir une précision de mesure de l’ordre du dixième de degré, même avec des prises de vue réalisées à 300 mètres d’altitude. La température de chaque toit de la commune a ainsi pu être mesurée. La caméra thermique révèle les déperditions de chaleur : en effet, lorsqu'un bâtiment est chaud, une partie de l’énergie dépensée pour le chauffer est perdue dans l’atmosphère. Le résultat est une carte très colorée, qui présente un dégradé de rouge vers le bleu, où chaque couleur correspond à une température recueillie par une caméra thermique à la surface des bâtiments (toits).

À quoi sert La thermographie ?

Cela permet de détecter des déperditions de chaleur : si un bâtiment est mal isolé, la chaleur intérieure sort et c’est de l’énergie dépensée pour rien. On estime que 30 % des déperditions de chaleur se font par la toiture (25 % par les murs, 20 % par la circulation d’air, 13 % par les vitres...). Cette photo des fuites thermiques des bâtiments permet d’identifier ceux qui présentent un fort défaut d’isolation, et de trouver des solutions pour y remédier.Une perte de chaleur forte vient soit d'un défaut d'isolation, soit d'un chauffage excessif du bâtiment. Diminuer le chauffage de 1°C permet de réduire sa consommation de 7 %, une isolation très efficace peut réduire de 60 % les besoins en énergie…

Comment consulter les résultats ?

Les cartes de la thermographie 2013 sont consultables sur le site d’Europ’Essonne (Cliquez ici). Toutefois, il est difficile d’analyser les résultats pour un néophyte. Aussi, n’hésitez pas à consulter le conseiller Info-énergie qui tient régulièrement des permanences en mairie (rendez-vous au 01 69 56 50 33 les lundis, mercredis, jeudis et vendredis ou par mail eie@solicites.org).

Peut-on comparer 2009 et 2013 ?

La comparaison n’est pas forcément évidente car il faudrait que toutes les conditions soient identiques entre les deux prises de vues (température, horaire...). Par exemple, si le bâtiment était inoccupé (ou non chauffé) pour l’un des relevés thermiques, les résultats peuvent être très différents, sans signifier une modification de l’isolation de la maison.

Attention : Nombre d'entre vous disent être démarchés par des sociétés missionnées par la Ville, voire par EDF, pour obtenir des rendez-vous. Sachez que la Ville n'a fait appel à aucune société pour des travaux ou des diagnostics à domicile.

Partager cette page sur :

facebook twitter google

Haut de page