Mardi 24 Octobre 2017

Longjumeau, le site Internet

Vous êtes dans : Accueil > Démocratie locale > Conseil des Aînés > 2010-2012 > Deuxième séance du Conseil des aînés

Démocratie locale

Deuxième séance du Conseil des aînés

Le Conseil des aînés s'est réuni le 14 janvier 2011. La table ronde-cinéma, l'informatique, la Télévision Numérique Terreste (TNT), la pollution lumineuse étaient au coeur des débats.

Compte-rendu du Conseil des aînés,

vendredi 14 janvier, salle Manouchian

Début de la séance : 16h15

Excusés : Jacques Brémond, Jean-Baptiste Julienne.

Absents : Michel Chartier, Maryse Gelot.

Elus présents : Nathalie Kosciusko-Morizet, Maire de Longjumeau, Jeanne Labéjof, Présidente du Conseil des aînés, Conseillère municipale déléguée aux Seniors, aux Foyers logements et aux Relations avec les Associations du 3e âge, Sandrine Gelot-Rateau, Première Adjointe au maire chargée du développement durable, de la Voirie et des Travaux, Adeline Hubert-de Calan, Adjointe au Maire chargée de la Culture, de l’Education, de la Petite enfance et de la Communication, Geneviève Wendling, Adjointe au maire chargée des Commerces, des Marchés, de l’Animation commerciale et du Stationnement, Rémi Bétin, Conseiller municipal délégué à la Démocratie locale et aux nouvelles technologies.

- Ouverture du Conseil des aînés, par Madame Le Maire

« Je vous souhaite à toutes et à tous une très bonne année 2011. Pour l'occasion, les vœux à la population, qui ont recréé cette année le marché Bio et Paysan […], ont été très appréciés alors même qu'ils ont nécessité très peu de moyens. Je voudrais vous inviter à placer vos propositions de l’année sous ce signe là. Avec de la créativité, il est possible de faire de meilleures choses avec les mêmes moyens. Nous avons pris sur certains sujets de mauvaises habitudes, des habitudes de "bon de commande". Je ne veux pas qu’on investisse moins. Mais pour ce qu’on investit, en mettant beaucoup de cœur, on peut faire beaucoup mieux. Et on investit intelligemment en 2011 ! J’attends beaucoup du Conseil des aînés, par exemple, sur le réaménagement des parcelles au coin des rues Léontine Sohier et Pdt F. Mitterrand. Comment fait-on avec le budget prévu sur ce projet pour qu'il soit le meilleur possible ?

Les Conseils de quartier et les Conseils ad hoc servent à éviter ces politiques que l’on croit intelligentes, et qui finalement, ne correspondent pas aux attentes. Eviter le banc installé qui finalement organise des rassemblements, mais qui est bien pratique lorsqu’on a des paquets; éviter le dos d’âne qui fait du bruit et qui pourtant a été demandé. Travailler en amont à construire ensemble les projets, cela ne signifie pas que l’on s’interdit de réajuster. Le dialogue reste toujours ouvert pendant et après la réalisation d’un projet, afin que celui-ci soit au plus près des attentes des Longjumellois. »

1. Table ronde Cinéma

Robert Peghaire et Robert Wolff, anciens représentants du Conseil des aînés à la Table ronde cinéma, ont présenté une synthèse des travaux et des débats réalisés au sein de la Table ronde Cinéma.

Les débats ont été denses sur le projet de création d’un cinéma à Longjumeau. Les conseillers aînés se posent de nombreuses questions sur les investissements, le coût de fonctionnement et l’emplacement du cinéma. Adeline Hubert-de Calan, nouvelle Présidente de la Table ronde Cinéma, a expliqué qu’actuellement une étude de marché spécifique à la ville de Longjumeau est en cours, subventionnée par la Caisse des dépôts et consignations. Cette étude prendra en compte le contexte économique et financier actuel, les questions d’investissement et de coût de fonctionnement, et les travaux de la Table ronde Cinéma. L’emplacement du cinéma n’est pas encore défini, aussi, cette étude proposera différentes possibilités.

Vanessa Dorey, coordinatrice culturelle, précise que la ville recherche activement des subventions ou investisseurs et que déjà la Caisse des dépôts et consignations pourrait accepter de soutenir le projet si la ville optait pour un cinéma numérique.

Un aîné estime, qu’avant de se poser la question d’être pour ou contre un cinéma à Longjumeau, il faut étudier l’étude de marché, les conditions d’emprunts auprès de la caisse des dépôts et des consignations. Il attire l’attention sur le fait que le coût/siège représente 5 000 euros pour un cinéma analogique et 6 250 euros en numérique, et que les villes voisines sont obligées chaque année d’investir dans leur cinéma municipal pour éviter sa fermeture.

Une aînée souligne qu’il est tout aussi nécessaire de prévoir dans cette étude un plan de stationnement.

Un aîné demande s’il serait possible comme par le passé de faire des séances de projections cinématographiques au théâtre. Adeline Hubert-de Calan et Rémi Bétin indiquent que les options provisoires ont été étudiées par la Table-ronde Cinéma, qui les a écartées pour se concentrer sur une solution pérenne. En effet, il s'avère que pour pouvoir projeter un film dans les salles existantes, il faudrait opérer à des mises aux normes très onéreuses, et il serait toujours nécessaire de demander l'autorisation du CNC, procédure très lourde. Il est à noter que ce projet est une émanation d’un besoin qui a été exprimé par de nombreux Longjumellois.

A l’issue des débats, le Conseil des Aînés a désigné à l'unanimité Robert Peghaire pour représenter le Conseil des aînés lors des prochaines séances de la Table-ronde Cinéma.

2. Le numérique chez les Seniors

a) Les formations informatiques

Rémi Bétin indique qu'il existe à Longjumeau de nombreux moyens d'être formés à l'informatique : dans les espaces publics numériques de la ville de la bibliothèque et de la Maison Colucci, via des associations comme l'ALBG, ou Fraternité numérique au Foyer Automne, ou en faisant appel à des commerçants spécialisés.

Des membres du Conseil des aînés expliquent que les cours payants proposés par l’association Fraternité Numérique ne répondent pas toujours aux attentes des élèves. . Une conseillère aînée a indiqué qu'un commerçant informatique longjumellois donne aussi des cours et que son offre est attractive. Des conseillers s'interrogent sur le niveau des formateurs de cette association, sur la structuration des cours et sur les tarifs proposés.

Rémi Bétin explique que l'ancien dispositif municipal mis en place dans les foyers par la ville ne permettait pas un suivi effectif des seniors, que Fraternité numérique était la seule à se proposer d'intervenir, et que la ville n'a pas à s'ingérer dans son mode de fonctionnement. Pour autant, il a précisé que la salle pourrait être mise à disposition dans les mêmes conditions à d'autres associations souhaitant proposer des formations. Il propose de poursuivre la réflexion sur cette question avec les conseillers aînés intéressés lors d'une réunion.

b) Le passage à la Télévision Numérique Terrestre (TNT)

Willam Grapin, référent TNT sur la ville, présente l’accompagnement réalisé par la ville en partenariat avec le groupement d’intérêt public « Tous au numérique » pour le passage à la télévision numérique terrestre (TNT) qui aura lieu dans la nuit du 7 au 8 mars.

Les seniors étant un public à accompagner particulièrement, Rémi Bétin demande si le Conseil des aînés souhaite mener une action particulière. Un membre du conseil des aînés indique qu’il se porte volontaire si besoin pour aider et expliquer à domicile les manipulations à faire. D’autres membres du conseil des aînés souhaitent dédramatiser la situation, puisqu'il suffit d’acheter un adaptateur.

Les membres du Conseil des aînés remercient la Mairie pour les séances de formation TNT organisées début janvier, qui ont permis d’apprendre mais aussi de transmettre l’information à leur entourage.

William Grappin informe le Conseil que différentes actions d'entraide sont prévues les 8 et 9 mars, notamment dans les foyers, et que tous les volontaires sont les bienvenus.

3. La pollution lumineuse

Le contrat de partenariat public privé sur l’éclairage public a été présenté par Sandrine Gelot-Rateau. Le contrat de partenariat s’étend sur 20 ans. Il prévoit le changement de candélabres sur 3 ans (suppression des boules, suppression des grosses puissances), la rénovation des 42 armoires électriques, l’enfouissement de 3,8km de réseau aérien électrique public, la rénovation des 25 carrefours de feux tricolores, et la sonorisation de la rue Pendant F. Mitterrand. L'objectif fixé au partenaire consiste aussi à réaliser des économies d'énergie à hauteur de 35%.

Grégoire Schneider, représentant de la société ETDE, précise que les travaux de changements des candélabres ont commencé dans les différents quartiers de la Ville, et que la puissance de la lumière peut être réétudiée en fonction des retours.

Une conseillère aînée indique que les candélabres rue Maryse Bastié, rue Léon Renard et sur le plateau scolaire sont souvent allumés en journée. Grégoire Schneider indique qu’il s’agit d’une armoire électrique indépendante en mauvais état et qu’il a bien pris note de la remarque.

Il ajoute que certains candélabres sont parfois allumés en journée lors des opérations de détection de panne, notamment dernièrement à proximité du foyer Avril.

Une conseillère aînée qui avait proposé ce point à l'ordre du jour à propos de l'éclairage nocturne de Sanofi Aventis, indique que la situation s'est depuis améliorée. Sur les vitrines des commerces, Geneviève Wendling indique qu’elle a vérifié que peu de vitrines sont allumées après 23h, et que seules restent allumées celles des banques pour des questions de sécurité.

4. Informations diverses

A la suite de nombreuses demandes le trajet de la navette a été modifié à partir du 1er janvier afin de permettre l’arrêt à proximité de la Clinique de l’Yvette et du Foyer Automne.

L’organisation de la collecte de verre sera effective très prochainement dans les trois foyers de la ville (en attente du matériel commandé).

A la demande des membres du conseil des aînés, la communication municipale sera à l’ordre du jour de la prochaine séance.

Fin de séance : 18h15

Télécharger le compte-rendu

Partager cette page sur :

facebook twitter google

Haut de page