Mardi 26 Septembre 2017

Longjumeau, le site Internet

Vous êtes dans : Accueil > Démocratie locale > Comités de quartier et réunions publiques > Quartier Sud > Sud-Gubanski > 2010-2011 > Conseil de quartier Sud-Gubanski 3 mars 2011

Démocratie locale

Conseil de quartier Sud-Gubanski 3 mars 2011

Le conseil de quartier Sud-Gubanski s'est déroulé au Lycée Prévert.

Compte-rendu du Conseil de quartier Sud-Gubanski

Jeudi 3 mars 2011, Lycée Jacques Prévert

Compte-rendu validé par le secrétaire de séance

Début de la séance : 19h

Excusés : Mahbouba Abdoulkarim, Albino Carvalho, Danièle Decouvelaere

Absente : Marie-Claude Beauron

Elus: Sandrine Gelot-Rateau, Présidente du Conseil de quartier, Jeanne Labéjof, Vice-Présidente du Conseil de quartier, Rémi Bétin, Conseiller municipal délégué à la Démocratie locale et aux Nouvelles technologies

- Secrétaire de séance : Jean-Marc Bauron

Points à l’ordre du jour :

1) Point sur le déploiement de la fibre optique

Rémi Bétin explique que la Municipalité a souhaité que l’ensemble du territoire soit couvert par le très-haut-débit sans coût pour la commune donc pour les Longjumellois. Elle a donc encouragé les opérateurs à déployer la fibre optique à leurs frais, sous sa vigilance. Free, opérateur le plus avancé, a ainsi commencé le premier le déploiement sur la ville. Ce réseau sera ensuite mutualisé avec les autres opérateurs, comme le prévoit la législation en vigueur.

Thibault Regallet, représentant de la société Free Infrastructure, explique comment sont réalisés les travaux. Free déploie un nouveau réseau constitué totalement de fibres optiques (FTTH) sur toute la ville. A partir d’un central optique situé rue des bleuets, les fibres sont tirées et remontées jusqu’aux logements où sera placée une prise optique.

L’Autorité de Régulation de Communication et des Postes (ARCP) a défini que 148 communes sont en zone dense, dont Longjumeau. Chaque opérateur en zone dense doit apporter son réseau « aux pieds des logements ».

Puis il est défini trois catégories différentes :

- immeuble de plus de 12 logements : la copropriété vote en assemblée générale un opérateur d’immeuble qui installe pour lui et ses confrères en verticalité des fibres optiques. Mise en service prévue en mai 2011, pour les copropriétés qui ont opté pour Free en opérateur d’immeuble.

- immeuble de 6 à 12 logements : en attente de la réglementation.

- immeuble ou pavillon de 1 à 5 logements : mutualisation en cours, mise en service 2ème semestre 2011 (attente de l’accord inter-opérateurs).

Une conseillère de quartier demande des précisions concernant les propriétés individuelles (pavillon). Thierry Regallet lui explique qu’il est prévu une mise en service au 2ème semestre 2011, mais qu’il ne peut pas être plus précis. En effet, les différents opérateurs doivent se mettre d’accord sur l’emplacement du boîtier de mutualisation et le nombre de foyers que celui-ci doit regrouper. Les câbles sont aujourd'hui dans la rue, mais tous les opérateurs se sont entendus à n’effectuer aucun raccordement dans l’attente de cet accord. Rémi Bétin rappelle que la mutualisation est un point important car sans elle, il sera très difficile pour un propriétaire de choisir et de changer librement et facilement d'opérateur.

Rémi Bétin précise que le quartier est composé de nombreux pavillons qui sont souvent en ASL, et aussi d'immeubles de plus de 12 logements (la résidence Verlaine, la résidence les Yvelines, etc…).

Thierry Régallet explique qu’une ASL de pavillons se situe dans la catégorie des pavillons. Il faut donc attendre l’accord inter-opérateurs sur l’emplacement du boitier de mutualisation. Ainsi, ce n’est pas parce que l’on est une ASL de plus de 12 pavillons que l’on se situe dans la catégorie des plus de 12 logements.

Rémi Bétin indique que la Municipalité suit de près la question de la mutualisation du réseau, et qu'elle s'est mise en contact avec les autres opérateurs. Orange devrait arriver très prochainement sur la ville, quand SFR est moins avancé.

Une conseillère de quartier demande comment cela se passe chez un particulier. Thierry Regallet explique que dans le cas d’un immeuble, les câbles passent en verticalité dans la gaine technique puis un câble de 4 mm passe de la gaine technique à l’appartement, et pour finir une seule prise optique dans logement est posé. Il est préconisé de placer la prise optique à côté du téléviseur principal. Dans le pavillon, il s’agit du même schéma, mais en horizontalité.

Un conseiller de quartier demande si le raccordement de la rue au logement est payant. Thierry Regallet indique que le raccordement est totalement gratuit. Mais si le particulier souhaite rajouter des gaines ou des goulottes, cela sera à sa charge.

2) Retour sur l'implantation des nouveaux candélabres

Sandrine Gelot-Rateau rappelle les différents points du contrat de partenariat public privé sur l’éclairage public, puis donne la parole à Grégoire Schneider, représentant de la société ETDE.

Le contrat partenariat public privé a commencé le 1er février 2010 pour une durée de 20 ans, et prévoit la reconstruction de 90% des lampadaires sur les trois premières années. Des zones de travaux et un échéancier ont donc été définis. Les travaux ont commencé par le quartier de Balizy-Gravigny, en raison de la meilleure disponibilité initiale des modèles "pavillonnaires" des candélabres, car le remplacement s'y faisait souvent "point par point", et les boules lumineuses facteurs de pollution lumineuse étaient nombreuses. Depuis le début de l’année 2011, les travaux ont commencé dans le quartier Sud-Gubanski.

Toutes les voies de la ville ont été classées selon une typologie spécifique, pour chaque catégorie correspond des éléments techniques : une intensité d’éclairage, une hauteur du mat, une avancée de la crosse. La catégorie a été définie selon les caractéristiques de la voie : son utilisation, sa fréquentation etc…Un plan lumière a ensuite été déterminé pour permettre de sélectionner la couleur de l’éclairage. Le choix s’est porté sur une couleur plus blanche pour les axes traversants ou liaisons inter-quartiers, et une couleur plus chaude (orangée) au cœur des quartiers.

Un conseiller de quartier remarque que les lampadaires dans la rue ont été changés, mais que les fils aériens sont restés. Sandrine Gelot-Rateau explique que le contrat prévoit l’enfouissement de 3,8km. Concernant le lampadaire évoqué, il s’agit d’un cas particulier : ce câblage ayant été installé suite à un problème de fonctionnement, il n’a pas vocation à être permanent.

Il y a eu pendant les travaux, différents problèmes de dysfonctionnement (rue de la Marne, rue de Lorraine) dus à des problèmes de raccordements qui ont été résolus par la suite, précise Grégoire Schneider.

Un conseiller de quartier souligne que depuis près d’un mois, la rue Pierre et Marie Curie (au niveau du n°10) n’est pas éclairée. Le nouveau candélabre a bien été déposé, mais le béton n’a pas été coulé. Grégoire Schneider indique que le nécessaire va être fait prochainement. Sandrine Gelot-Rateau rappelle que dans ces cas là, il ne faut pas hésiter à contacter le service Démocratie locale.

Un conseiller de quartier demande s’il est possible d’optimiser les économies d’énergies en éteignant un lampadaire sur deux, notamment sur la rue Jules Ferry. Grégoire Schneider lui indique qu’il est déconseillé d’éteindre un lampadaire sur deux, car la pupille doit se réadapter entre la zone éclairée et la zone d’ombre. Cependant il est possible d’envisager d’éteindre ou de diminuer l’éclairage en fonction des heures de la nuit, si la situation le permet.

Une conseillère de quartier estime qu’éteindre serait insécuritaire. Sandrine Gelot-Rateau explique qu’il est possible de faire des tensions. Elle rappelle que la volonté municipale a été de créer une vraie identité lumineuse à Longjumeau, et qu’un objectif de 35% d’économie d'énergie a été fixé au partenaire. Grégoire Schneider confirme que ce contrat a bien un objectif performantiel sur 20 ans visant à la diminution d’énergie et à des garanties de services.

Les débats ont été denses sur le sentiment d’être moins éclairé qu’auparavant. Grégoire Schneider explique que le nouvel éclairage répond à de nouvelles normes : la voie n’est pas moins éclairée : grâce à des réflecteurs, elle est même éclairée plus efficacement.

Une personne du public présente le problème rencontré à la Résidence Verlaine. La haie de thuyas sera changée l’année prochaine, or des candélabres sont installés sur cette zone, et leur déracinement risque d’endommager ces nouveaux lampadaires. Sandrine Gelot-Rateau et Grégoire Schneider proposent de travailler ensemble sur le sujet pour éviter tout préjudice.

3) Le projet de restructuration du Lycée Prévert

Monsieur Nguyen Duc Long, Proviseur du Lycée Prévert, présente le projet de restructuration du Lycée Prévert.

Il indique que des travaux de restructuration d’un lycée ne sont pas faciles à organiser, car la vie scolaire doit continuer. Elèves et professeurs devront donc apprendre à cohabiter avec les travaux. Ceux-ci commenceront en 2012 et s’achèveront en 2015. Pendant cette période, sept préfabriqués seront mis en place pour accueillir les cours. En revanche, les travaux n’impacteront pas le quartier.

Monsieur Le Proviseur rappelle qu'il a à cœur sa mission de chef d’établissement, et qu'il s'est donc engagé à rester toute la période des travaux. Il indique qu’il reste toujours disponible pour échanger ou partager avec les habitants du quartier.

Un conseiller de quartier demande quelle est l’utilité de créer un amphithéâtre. Le Proviseur explique que cette infrastructure est un vrai plus pour les manifestations réunissant de nombreux participants. Aujourd'hui, par exemple les réunions avec les parents sont organisées dans le réfectoire. Par ailleurs, le lycée Perrin, qui est déjà doté d’un amphithéâtre, l'utilise fréquemment avec les élèves.

Un conseiller de quartier demande si le lycée prévoit de créer une classe européenne. Le proviseur explique qu’il a pour objectif de la créer dans 3 ans. Il s'agit aussi de permettre au collège Pasteur de créer une classe européenne, et que ses élèves suivant cet enseignement puissent continuer leur scolarité au lycée de Longjumeau.

Cette présentation fut aussi l’occasion de présenter la qualité de l’enseignement dispensé, le travail réalisé par toute l’équipe pédagogique et le partenariat avec le collège Pasteur. Le lycée a notamment pour projet d’organiser un forum intercommunal des métiers en janvier 2011 au dôme de Villebon.

Les conseillers de quartiers soulèvent des questions sur l’enseignement proposé au collège Pasteur et sur la réputation des établissements. Sandrine Gelot-Rateau explique que les parents et les élèves ont souvent le sentiment que le collège ou le lycée de la ville voisine a un meilleur niveau, alors que la réalité est différente.

Particulièrement, l'équipe du collège Pasteur est dynamique et dévouée à la réussite des élèves. Rémi Bétin explique à titre d'exemple que les trois établissements de la ville (le collège Pasteur, le lycée Perrin et le lycée Prévert) travaillent ensemble, dans le cadre d'un Comité d'Education à la Santé et à la Citoyenneté (CESC) commun, sur un événement d'éducation aux médias destiné aux élèves et à leurs parents, qui se tiendra le 20 mai.

Monsieur le Proviseur ajoute que cette dynamique de travail en commun a été relancée, car il ne faut pas oublier que les élèves du collège Pasteur ont vocation à devenir des élèves des lycées Perrin et Prévert, et qu'il est important d’accompagner les élèves tout au long de leur scolarité sur le thème des médias et d’Internet.

Par ailleurs, Monsieur Le Proviseur indique qu’il est très satisfait des résultats obtenus au baccalauréat l’année dernière, mais qu’il a pour objectif d’améliorer encore l’environnement de travail et les résultats.

Afin d'approfondir ce sujet, Rémi Bétin propose aux conseillers de quartier d’inviter Madame la Principale du collège Pasteur, afin qu’elle présente les actions menées dans son établissement au service de la réussite des élèves.

Les conseillers de quartier remercient Monsieur Proviseur pour son accueil et pour toute cette énergie !

4. Informations et question et diverses

La Poste a installé, à la demande de la ville, une nouvelle boîte aux lettres rue Jules Ferry. Cet ajout et son emplacement (près du container à verre), font suite à une demande formulée en Conseil de quartier.

Pour accompagner les Longjumellois au passage à Télévision Numérique Terrestre (TNT), qui aura lieu dans la nuit du 7 au 8 mars, un dispositif complet a été mis en place par la ville : désignation d’un référent TNT pour coordonner l’action municipale, des réunions publiques, d’information et de sensibilisation, le passage de la camionnette « Tous au numérique » le 8 mars, et une permanence organisée le mercredi 9 mars en salle Manouchian.

Un conseiller de quartier signale que rue Pierre et Marie Curie des problèmes de voitures ventouses et d’encombrants stagnants sont rencontrés. Sandrine Gelot-Rateau indique qu’il faut relever la plaque de la voiture et la signaler à la police municipale afin que le nécessaire soit fait.

Concernant les encombrants et la propreté sur la ville, le nouveau marché propreté a commencé le 1er mars. Désormais en centre-ville, cinq personnes seront sur le terrain, du lundi au samedi de 7h30 à 13h30. Cela revient à doubler la présence dans les rues. Ils disposent dès à présent de : deux balayeuses, un aspirateur urbain, une camionnette-benne urbaine, une camionnette-plateau pour les encombrants et une laveuse. Leur mission sera de balayer et nettoyer les rues de la ville, remplacer les sacs des corbeilles et des distributeurs de déjections canines, traiter les abords des points de collecte de verre...

- Clôture du Conseil de quartier

Fin de la séance : 21h15

Partager cette page sur :

facebook twitter google

Haut de page