Vendredi 21 Septembre 2018

Longjumeau, le site Internet

Vous êtes dans : Accueil > Démocratie locale > Comités de quartier et réunions publiques > Quartier Sud > Sud-Gubanski > 2010-2011 > Conseil de quartier Sud-Gubanski 10 mai 2011

Démocratie locale

Conseil de quartier Sud-Gubanski 10 mai 2011

Le collège Pasteur, les travaux du mur antibruit RN20, les nouveaux locaux de la police municipale étaient aux coeurs des débats.

Compte-rendu du Conseil de quartier Sud-Gubanski, Mardi 10 mai 2011, Lycée Jacques Prévert

Compte-rendu validé par le secrétaire de séance

Début de la séance : 19h

Excusés : Mahbouba Abdoulkarim, Jean-Marc Bauron, Sylvie Boughazi, Frédéric Cardoso, Albino Carvalho, Yvan Mahé-Desportes

Élus présents: Sandrine Gelot-Rateau, Présidente du Conseil de quartier, Jeanne Labéjof, Vice-Présidente du Conseil de quartier, Rémi Bétin, Conseiller municipal délégué à la Démocratie locale et aux Nouvelles technologies

Secrétaire de séance : Romain Laurence

Points à l'ordre du jour :

1 - Point bilan session 2010-2011

Rémi Bétin présente une synthèse de l’année : un nouveau tableau de bord a été mis en place. Il recense l’ensemble des demandes individuelles remontées au service démocratie locale par les conseillers de quartier, et les réponses des services de la ville. Ce tableau, qui répond à une attente des conseillers de quartier, a pour objectif d’assurer un meilleur suivi de ces demandes.

7 sujets ont été abordés cette année par le Conseil de quartier Sud-Gubanski: sécurité et prévention, la Télé Numérique Terrestre, éclairage public, réhabilitation et projet pédagogique du lycée Prévert, déploiement de la fibre optique, collège Pasteur, mur anti-bruit RN20.

5 réunions de formation ou de sensibilisation sur des sujets transversaux ont été proposées à tous les conseillers de quartiers : sensibilisation au tri sélectif avec le SIOM, formation pour le passage à la TNT, mise en place des Relais Citoyen neige, diagnostic partagé du service maisons de quartier, réunion publique de prévention et de sensibilisation aux cambriolages.

2 - Collège Pasteur

Madame Dominique Wrzesinski, principale du collège Pasteur, présente les actions menées au sein du collège. Contrairement aux idées reçues, le collège Pasteur ne rencontre pas plus de difficultés que les autres collèges de l’Essonne. Il est confronté à quelques problèmes d’incivilités ou d’irrespect, mais pas de violences particulières. À titre d'illustrations, l'équipe pédagogique est stable, et il n’y a eu aucun conseil de discipline réuni depuis 2 ans ni d’exclusion d’élèves.

Le collège Pasteur est une petite structure, qui attend à la rentrée 2011 environ 505 élèves. Ce petit effectif permet d’avoir des classes de 27 élèves maximum.

Plusieurs projets sont menés au sein de l’établissement :

  • Classe d’eau en 6ème : travail annuel dans toutes les disciplines sur le thème l’eau et l’importance d’y faire attention (SVT, mathématiques, …).
  • 6ème consolidation : accueil des élèves en fragilité scolaire dans une classe à petit effectif (une heure de mathématiques et de français en plus)
  • Accompagnement éducatif : Il s’agit d’ateliers de 2h, mis en place tous les soirs, de soutien aux devoirs.
  • Orientation : Mise en place par la ville des "Rendez-vous de la Réussite", matinées d’information sur les métiers, dont la dernière organisée au lycée Prévert portait sur les métiers du droit. Les élèves de 3ème sont invités à y participer.
  • Préparation au brevet : Mise en place de 2 brevets blancs durant l’année, stages délocalisés de révision du brevet, semaine de révision au sein du collège.

Concernant la création d’une classe européenne, pour laquelle le Conseil de quartier souhaitait avoir des précisions, un dossier commun est monté avec le lycée Prévert car la classe européenne ne peut être créée que si une classe équivalente est créée aussi au lycée. Le dossier est présenté à la rentrée 2011. En attendant, une option langue anglaise est proposée aux élèves du collège qui prétendent au profil langue au lycée.

Les élèves ont une véritable volonté de réussir. Le collège affiche un taux de réussite au brevet au dessus de la moyenne du département. 89 % des élèves ont réussi leur brevet en 2010, 85 % en Essonne. Pour la 3ème technologique, 95 % des élèves ont réussi leur brevet soit un seul élève a échoué. 57 % des élèves du collège passent en seconde générale. Ce chiffre est croissant. Un habitant souligne la performance des mesures mises en place pour parvenir à une augmentation de 24 % en un an. La principale invite les conseillers à visiter le site du collège qui est régulièrement mis à jour et fait part des différentes actions qui sont mises en places pour réussir à maintenir ces chiffres.

Un partenariat fluide est mis en place entre le collège et les écoles RSS (Schweitzer et Saint Exupéry), ainsi que le lycée Prévert avec la mise en place d’une liaison 3ème – 2de. Le CESC (Comité d’Education à la Santé et à la Citoyenneté) met aussi de nombreuses actions en place sur le thème de la santé, de la citoyenneté, en commun avec le lycée Prévert et le lycée Perrin.

La rigueur et la cohérence de l’équipe pédagogique (enseignants, conseillers d’éducation, principale) pour faire appliquer le règlement intérieur permettent de maintenir la stabilité et la sérénité au sein de l’établissement. Il est important de régler les problèmes dès le début afin d’éviter qu’ils ne dégénèrent. Pour éviter les exclusions, d’autres moyens sont mis en place : retenues le mercredi ou le soir jusqu’à 18h, inclusion (journée de travail dans le collège), partenariat avec la ville de la cadre du projet « ensemble pour réussir », envoi des élèves en classe SAS au collège Diderot de Massy (ces classes accueillent jusqu’à 3 élèves, les plus perturbateurs ou en refus, durant une semaine ou deux).

3 – Travaux du mur antibruit RN20

Stéphane Lemoine, responsable du service urbanisme, présente les travaux du mur antibruit RN20 qui démarre lundi 16 mai et s’échelonneront jusqu’à fin 2011.

Ce projet est porté par le Conseil Général puisque la RN20 est une voie départementale. Il consiste en la mise en place d’un mur constitué de panneaux absorbants, de 2 à 5 mètres de haut, qui s’étalera de Ballainvilliers à Saulx-les-Chartreux. Des pieux seront plantés tous les 4 mètres le long de la route. Des murs obtenus par un procédé de récupération de pneus, recouvert d’un grillage pour y faire pousser des plantes grimpantes seront ensuite posés entre ces pieux.

Pour éviter d’encombrer la RN20, la majorité des travaux se feront côté riverains et non sur la route.

Seuls les travaux sur la partie longeant le parking des infirmières s’effectueront sur la nationale 20 et nécessiteront de neutraliser une voie aux heures creuses. Cet été, une coupure d’électricité est prévue, durant une nuit sur la RD118.

Les conseillers sont satisfaits que les travaux de ce mur dont ils entendent parler depuis 30 ans aient enfin lieu, mais s’interrogent sur son efficacité, et si ce mur va impliquer l’abattage de certains arbres situés le long de la nationale.

Stéphane Lemoine explique, qu’à l’heure actuelle, les mesures du bruit de la RN20 font ressortir que le bruit engendré est d’environ 70 à 75 décibels. L’objectif du mur est de diminuer ces nuisances à 65 décibels le jour et 70 décibels la nuit. Si ce n’est pas possible, des solutions pour l’isolation des façades seront proposées aux bailleurs. Aucun arbre ne sera abattu.

Un conseiller demande ce qu’il advient de la pose d’un grillage interdisant le passage au bout de la rue de la Marne. Plusieurs hypothèses sont étudiées mais aucune réponse précise ne peut être apportée pour le moment.

4 – Nouveaux locaux de la police municipale

La ville a racheté la parcelle boisée situé au niveau du n°6 de la rue des écoles et longeant la rue François Mitterrand, qui est actuellement en partie occupée par le parking provisoire. L’objectif est de réhabiliter le bâtiment en meulière de cette parcelle pour y installer le nouveau local de la police municipale et d’aménager un parc urbain. Les travaux ont débuté par la réalisation d’une nouvelle passerelle, permettant d’accéder à cet espace par la rue des écoles, afin de pouvoir accueillir les véhicules du chantier et à terme les véhicules de la police municipale. Ce bâtiment accueillera aussi le centre de visionnage de la vidéo protection. La prochaine étape consistera en la démolition d’une partie du bâtiment pour dégager la grande halle.

Des conseillers demandent où se trouve actuellement les locaux de la police municipale. Sandrine Gelot-Rateau explique qu’ils se situent au centre technique municipal près du stade. Elle précise que la police municipale s’étoffe avec l’assermentation du responsable et de son adjoint, ainsi que l’arrivée au 1er juin de deux nouveaux agents. Les effectifs passeront ainsi de 6 à 8 personnes avec les ASVP. Les nouveaux locaux devraient être opérationnels début 2012.Cela permettra d’avoir une action plus cohérente et une présence plus régulière de la police municipale.

Un conseiller demande à avoir des précisions sur les missions de la police municipale et de la police nationale. Les futurs locaux étant à proximité, il souhaiterait savoir à qui s’adresser selon les cas.

Sandrine Gelot-Rateau précise que la police municipale a pour mission de faire appliquer les pouvoirs de police du maire. C’est une police de proximité, de prévention. Elle permet, par exemple, d’assurer une meilleure rotation du stationnement pour les commerces du centre ville en activant la zone bleue. La police nationale a une mission plus répressive. La police municipale peut soutenir la police nationale sur certaines missions.

Un conseiller demande si la police nationale interviendra dans le centre de visionnage de la vidéo protection. Sandrine Gelot-Rateau explique qu’un relais par écran sera effectué par la police nationale lorsque la police municipale ne sera pas disponible. C’est un travail en partenariat.

Une conseillère s’interroge sur la forte présence policière autour de la résidence Bel Air.

Sandrine Gelot-Rateau explique que lundi 2 mai, 3 cars de CRS sont intervenus dans le quartier pour lutter contre le trafic de drogue. Dix interpellations ont été effectuées et huit personnes ont été déférées au parquet dès le lendemain. Le lendemain, 2 autres interpellations ont eu lieu avec saisie de drogue. Ce n’est pas la première fois qu’a lieu ce genre d’intervention. La police nationale fait appel à des renforts pour éviter les représailles …

Sandrine Gelot-Rateau précise que pour lutter contre les nuisances sonores, un arrêté est en cours visant à interdire les quads, rodéos, qui représentent un vrai danger pour la population. Un autre arrêté anti-rassemblements est en cours. Ils permettront à la police municipale et nationale d’intervenir.

Sur cette question, une conseillère explique que les gens n’interviennent pas pour empêcher les jeunes d’avoir un comportement dangereux. Ils sont passifs et ont parfois peur à tort des représailles.

Un conseiller propose d’étudier la mise en place d’une police à cheval pour lutter contre les nuisances liées aux motos, rodéos… Les habitants ont un rapport à l’animal plus sympathique. Sandrine Gelot-Rateau explique qu'une telle option demande un entretien important, qui ne semble pas correspondre à la taille de Longjumeau. La municipalité se concentre avant tout sur le renforcement des effectifs de la police municipale actuelle.

5 – Informations et questions diverses

La maison de l’abeille sera inaugurée samedi 21 mai à 14h dans le cadre de la fête de la nature. Elle est située dans un pavillon en bas du parc Nativelle, dans les anciennes serres municipales qui ne sont plus utilisées. Une grande mobilisation des services municipaux a permis de faire aboutir ce projet en réduisant les coûts. Une toiture végétalisée a été financée par GRDF, et permet une bonne isolation et une meilleure intégration du bâtiment dans le site. Cette maison accueillera les classes et accueil de loisirs pour sensibiliser les enfants à la biodiversité, au rôle de l’abeille, sa vie, comment le miel est fabriqué et est récolté. Des outils apicoles seront présentés et un atelier pédagogique d’extraction du miel sera proposé.

A la demande d’un conseiller de quartier, Sandrine Gelot-Rateau précise que la maison de l’abeille sera gérée par un travail en partenariat des services municipaux : espaces verts, éducation et accueils de loisirs.

Une conseillère demande ce que devient le miel extrait des ruches de la ville. Il lui est expliqué qu’il est donné aux jeunes mariés, pour les naissances et à l’occasion de concours. Deux grandes distributions ont lieu durant l’année, lors de la première récolte en juillet et lors du forum des associations.

Pour répondre à une demande des habitants et développer une nouvelle identité autour du miel, la ville étudie la possibilité de mettre en vente le miel. La marque « Miel de Longjumeau » a été déposé à l’INPI.

La prochaine campagne de réfection des marquages au sol commencera à la mi-mai jusqu’en juin.

A la fin du mois de mai, les tables de pique-nique seront posées au square d’Auvergne.

Un conseiller propose qu’une ligne de feu soit tracée au sol au niveau de la sortie du parking de la résidence des Yvelines, au croisement de l’allée du cimetière et de la route de Corbeil, car les habitants de la résidence rencontrent des difficultés au moment des heures de pointe pour rentrer dans la résidence. Cela impacte sur le trafic déjà encombré de la route de Corbeil et de l’allée du cimetière.

Sandrine Gelot-Rateau étudie cette proposition et propose en plus l’installation d’un panneau d’indication sur le feu.

Le proviseur signale les problèmes qu’il rencontre avec le container à verre installé face au lycée et les encombrants déposés régulièrement sur la rue. D’autres conseillers précisent que régulièrement certains containers ne sont pas assez relevés, des bouteilles sont déposés à côté (exemple du container du stade). Cela crée un réel danger en raison des établissements scolaires à proximité.

Sandrine Gelot-Rateau explique que les anses du container du lycée ont été vandalisées empêchant la benne de faire la collecte. Le SIOM a installé une colonne de verre aérienne provisoire en attendant que le problème soit résolu. Concernant les emplacements, lors de la réflexion sur l’implantation des collecteurs de verre, le SIOM a expliqué qu’il fallait les positionner dans des zones de passage afin que les habitants n’aient pas à se déplacer spécifiquement pour jeter leur verre. Elle rappelle qu’il est important de prévenir la mairie lorsqu’un container est plein car le SIOM est tenu d’intervenir dans la journée.

Concernant la dépose des encombrants devant le lycée, il s’agit avant tout d’us et coutumes de dépôt. Sandrine Gelot Rateau propose au proviseur de travailler avec le SIOM pour que le collecteur détermine un autre emplacement. Un rendez-vous est à organiser lors de la prochaine collecte en juin avec le SIOM et le proviseur.

Dans la continuité des actions de sensibilisation menées, notamment autour du tri sélectif, des actions à la rencontre des habitants vont être mises en place les 21 et 28 mai 2011 par le SIOM et la Ville de Longjumeau. Des collectes des D3E (Déchets d’Equipements Electriques et Electroniques) vont être organisées. Le SIOM vient avec une benne pour collecter les déchets et sensibiliser les habitants. L’objectif est de mener une action de proximité dans des endroits ciblés où il y a régulièrement des dépôts d’encombrants qui polluent la vie des habitants. La première collecte aura lieu au square Maryse Bastié, samedi 21 mai de 9h à 12h30. Pour améliorer ce problème récurrent, la Ville travaille en partenariat avec le SIOM à la mise en place d’un point de dépôt à la déchetterie du CTM.

Clôture de la séance : à 21h.

Partager cette page sur :

facebook twitter google

Haut de page