Mardi 26 Septembre 2017

Longjumeau, le site Internet

Vous êtes dans : Accueil > Démocratie locale > Comités de quartier et réunions publiques > Centre-Ville > Centre-Ville Mairie > 2010-2011 > Le premier Conseil de quartier

Démocratie locale

Le premier Conseil de quartier

C'est au quartier Centre-Ville-Mairie que s'est déroulé le 18 octobre le premier conseil de la saison 2010-2011.

Compte-rendu du Conseil de quartier Centre-Ville-Mairie, lundi 18 octobre 2010

Compte rendu validé par le secrétaire de séance

Début de la séance : 19h30

Excusés : Fabienne Chnili, Grégory Lerambert, Anne Soazic

Absents : Jean Louis Delmas, Jean-Pierre Thauvin

Elus présents : Adeline Hubert-de Calan, Présidente du Conseil de quartier, Frédéric Serré, Vice-Président du Conseil de quartier, Sandrine Gelot-Rateau, Première Adjointe au Maire, chargée du Développement durable, de la Voirie et des Travaux ; François Caris, Adjoint au Maire chargé des Finances, des Anciens combattants et des Associations patriotiques ; Rémi Bétin, Conseiller municipal délégué à la Démocratie locale et aux Nouvelles technologies

 

- Ouverture du Conseil de quartier, par Adeline Hubert-de Calan, Présidente du Conseil de quartier Centre-ville Mairie

- Désignation d’un secrétaire de séance : Elisabeth L’Huillier

 

Informations diverses

- Suite au décès de Catherine Roussellet-Millot,Première Adjointe, une réorganisation de l’équipe municipale a été faite lors du dernier Conseil municipal. La démocratie locale est désormais sous la responsabilité de Rémi Bétin.

- Le Conseil Muncipal du lundi 11 octobre a été amené à se prononcer sur la fermeture du village vacances de Lamoura après 40 ans de service, à la demande unanime des 12 villes qui constituent le Syndicat. Le Syndicat cherche la meilleure solution pour le personnel et le territoire de Lamoura.

Les conseillers de quartier ont souhaité avoir des précisions sur les causes de la fermeture et le devenir du personnel. Trois villes, représentant une prise en charge de 38% des dépenses, souhaitent quitter le Syndicat. Les neuf autres villes restantes n’ont pas la capacité financière de prendre en charge de telles sommes.

Un conseiller demande à connaître le taux d’occupation de Longjumeau. En 2007 : 6 000 nuits, en 2008 : 8 000, en 2009 : 4 800, et cette année : 6 100. Pour rentrer dans nos coûts, nous devrions faire 6 700 nuits. Et Longjumeau a l'un des meilleurs taux parmi les villes.

Un conseiller de quartier demande quel est le coût annuel de Lamoura. La Ville verse 300 000 euros au Syndicat plus des dépenses supplémentaires au niveau social, pour un bénéfice de 150 000 euros. Ainsi, il y a un manque à gagner approximatif de 150 000 euros.

Un conseiller de quartier explique que de plus en plus les villes se désengagent de leur centre de vacances et elles préfèrent faire appel à des groupes de vacances, ou des organismes spécialisés dans le tourisme social. Il est à préciser que Lamoura, se situe dans le Jura est une station de basse altitude (1 100 m) où il n’y pas toujours de la neige. De plus pour pouvoir y accéder il n’y a pas de liaison de bus entre Lamoura et Bellegarde qui est la gare la plus proche.

François Caris a précisé que même si le centre de vacances va fermer sous sa forme actuelle, Madame le Maire s'est engagée à ce que les dépenses sociales de la Ville pour Lamoura soient maintenues et continuent à aider les Longjumellois à partir en vacances, à Lamoura ou ailleurs.

Cécile Bessias, directrice du service Maisons de quartier, a présenté la démarche de diagnostic partagé. Ce service dispose de trois structures : la maison Colucci, Orly-Parc, la maison Brassens. L’enjeu de cette concertation est de parvenir à articuler ces trois espaces de vie dédiés aux familles. Il s'agit de consulter les habitants, les associations, les professionnels et les élus municipaux sur la thématique « Les forces et les faiblesses de Longjumeau ». L’objectif est de définir un projet commun à tous.

Deux sessions de travail sont proposées aux conseillers de quartier le mardi 2 novembre de 20h à 22h à la maison Colucci, et le mercredi 3 novembre de 20h à 22h à la maison Brassens.

- La patinoire ouvrira le samedi 4 décembre jusqu’au dimanche 2 janvier. Les remarques de l’année dernière relatives aux nuisances sonores des conseillers de quartier et des riverains ont été prises en compte dans le projet de patinoire 2010.

Cette année il est prévu la fermeture une heure plus tôt tous les soirs d’ouverture (sauf le 17 décembre pour la soirée disco), la fermeture deux soirs par semaine hors vacances scolaires, adaptations du programme musical, baisse de la tarification, baisse du niveau sonore, groupes froids dernière génération insonorisés (47 Db), pas de maître chien la nuit (surveillance à distance par des capteurs de mouvement) et il n’y aura pas de concert de rock. Grâce à ces aménagements la tranquillité nocturne des habitants du quartier devrait être préservée.

Une conseillère de quartier demande s’il n’est pas envisageable d’installer la patinoire au stade. L’emplacement de la patinoire a été décidé pour améliorer la concentration du public en centre-ville, sachant qu’il y a une animation commerçante en cette période de fêtes de fin d’année. Les commerçants lancent leurs festivités simultanément avec l’inauguration de la patinoire.

On ne peut pas avoir un centre-ville vivant et commerçant en externalisant les activités a indiqué Frédéric Serré. Cela fait partie de l’attrait du centre-ville et la patinoire y participe. Les habitants des villes voisines viennent aussi à la patinoire. Les écoles des villes de la Communauté d’agglomération peuvent y réserver des créneaux horaires.

Un conseiller de quartier rebondit sur la redynamisation du commerce. Une conseillère de quartier qui fait partie de l’association des commerçants, précise qu’en 2005, ils étaient 65 commerçants et qu’aujourd’hui ils sont 101. Un autre conseiller indique qu’il ne faut pas mélanger qualité des commerces et nombre de commerçants, et que la patinoire va bénéficier à la catégorie qu’il y a actuellement sur Longjumeau. Un conseiller indique que la relance du centre-ville ne pourra pas se faire sans changer nos habitudes : par exemple faire l'effort de faire ses courses à Longjumeau plutôt que dans une galerie marchande.

Les débats entre les conseillers de quartier sur la redynamisation du centre-ville étant très denses, ainsi Adeline Hubert propose de mettre ce sujet à l’ordre du jour du prochain Conseil de quartier.

- Suite à la proposition de la Préfecture, un radar de feu rouge a été implanté sur l’avenue Charles de Gaulle à proximité de l’école. Il est encore en phase de réglage, le début des verbalisations devraient commencer fin octobre.

- Une étude la circulation est en cours dans le cadre du FISAC (Fonds d’Intervention pour les Services, l’Artisanat et les Commerces). Le bureau d’études sélectionné vient de proposer un premier diagnostic. La concertation des Longjumellois est bien entendu prévue. Un conseil inter-quartiers sera organisé avec le quartier Gare-Marché sur le thème de la circulation.

Une conseillère de quartier souhaite savoir quand aura lieu le déplacement de l’entrée de l’école maternelle Charles Perrault. Il a été indiqué que ces travaux sont prévus pour l’été 2011.

Des conseillers de quartiers ont signalé que les deux panneaux signalétiques lumineux « attention enfants » installés à proximité de l’école avenue du Général de Gaulle ne fonctionnent pas.

Un conseiller de quartier indiquent que dans le centre-ville quelques panneaux signalétiques ont subi des dégradations (autocollants, tags etc…). Sandrine Gelot-Rateau a indiqué qu’une action de remise à l’état est prévue.

Un conseiller de quartier demande s’il est possible d’installer un portique sur le parking de la rue de l’Yvette, car des camions s’y garent prenant ainsi la place de deux voitures. Sandrine Gelot-Rateau explique que cela est envisageable.

Un conseiller de quartier propose de repréciser les démarches à suivre pour le retrait des voitures ventouses, qui prennent la place d’autres véhicules. Sandrine Gelot-Rateau indique qu’un signalement doit être fait à la police municipale, qui fait une recherche de propriétaire. Elle ne peut intervenir que sur le domaine public. Dans un souci de mutualisation des coûts, des opérations d’enlèvement de ces véhicules ventouses sont organisées. Sur le domaine privé, il appartient au bailleur ou conseil syndical d’intervenir.

Un conseiller de quartier demande si des recrutements d’agents pour la police municipale sont en cours. Igor Trickovski, directeur de cabinet de Madame le Maire, explique qu'un nouveau chef de la police municipale a été recruté, la ville est en attente de sa mutation. Ce dernier aura la capacité d’embaucher trois à quatre policiers municipaux. Le but étant d’arriver à moyen terme à une équipe d’une dizaine d’agents. La police municipale aura un nouveau centre qui sera situé à proximité du parking provisoire.

Le recrutement d’agents municipaux sur des créneaux horaires restreints pour assurer la traversée des écoles est très difficile. Un appel à candidatures a été lancé.

- À la suite de nombreux questionnements de conseillers sur la collecte des ordures ménagères et des encombrants, il est proposé une réunion d’information et de sensibilisation sur le sujet à l’Hôtel de Ville au mois de décembre, en partenariat avec le Siom. Elle aura pour objectif le rappel des règles de tri, et la formation d’ambassadeurs du tri.

Un projet d’autocollant expliquant le motif de « non-enlèvement » est à l’étude au Siom à la demande de Sandrine Gelot-Rateau.

 

Points à l’ordre du jour :

1. Le stationnement et la circulation à proximité du théâtre

Un nouveau dossier circulation a été soumis à la concertation des conseillers de quartier. Ils étaient tous d’avis que la solution ne sera pas trouvée lors de cette séance, mais chacun a pu donner son point de vue et faire partager son expérience pour améliorer la situation. Il ne s’agit que de pistes de réflexions.

La zone à proximité du théâtre est très dense, le stationnement et la circulation y sont très difficiles. Elle concentre les usagers de l’école de musique, du théâtre et les résidents de la Peupleraie. Ainsi, il est difficile de stationner les après-midi et les soirs de représentations, et pour les parents d’élèves de l’école Mozart. La résidence de la Peupleraie dispose d’un parking privé et de boxes. Cependant certains empruntent aussi le parking public à proximité du théâtre. Des voitures ventouses empêchent le stationnement des usagers de l’école de musique du théâtre, ce qui impacte les rues environnantes.

Face aux abus de fonctionnement sur le parking public à proximité du théâtre qui ne sont pas sans poser de problèmes aux usagers du théâtre et aux parents d’élèves de l’école de musique, de nombreuses formules ont été proposées par les conseillers de quartier : mettre le parking public du théâtre en zone bleue, installer des barrières et un stationnement gratuit pendant un temps défini (30 minutes - 1h) puis payant, créer une dépose-minute etc…

La refonte du périmètre scolaire est aussi un paramètre à prendre en compte. Ce dernier vise à la simplification et au regroupement des fratries entre les écoles Charles Perrault et Guynemer et entre les écoles Mermoz et Hélène Boucher. Tout cela implique d’entamer la réflexion avec les habitants de la Peupleraie, car historiquement selon certaines personnes il existait un passage au niveau de la Morte Eau pour accéder du parking du théâtre au parking du stade.

Un conseiller de quartier, résident de la peupleraie, indique que cette proposition de traversée la résidence a toujours été refusée par le Conseil syndical depuis les années 70. Ce passage n’aurait donc pour lui jamais existé. Cependant cela peut être une piste de réflexion. Un conseiller de quartier précise qu’il est souhaitable de garder une accessibilité des zones de stationnements gratuites le soir des représentations (parking de la mairie, parking provisoire etc…)

Un conseiller de quartier, habitant du quartier des fleurs, trouve excellente l’idée de créer un accès entre le parking public du théâtre et celui du stade.

Une conseillère de quartier, habitante du chemin de la Calèche, explique qu’il faut aussi prendre en compte le coût de l’entretien d’un tel accès ainsi que les nuisances occasionnées.

Une conseillère de quartier demande s’il est possible de mieux organiser le stationnement à proximité de l’Eglise.

Une autre conseillère de quartier s’inquiète du nombre de nouveaux véhicules engendré par les nouvelles habitations rue de l'Hôtel des postes. Elle a été rassurée par le fait que la réglementation applicable prévoit un nombre d'emplacements raisonnable par famille.

 

2. Le Partenariat public privé éclairage public, la vidéo protection, et les nouvelles illuminations de Noël

Le contrat de partenariat a pris effet en février 2010 et il s’étend sur 20 ans.

Il prévoit :

- le changement des candélabres sur 3 ans (suppression des boules, suppression des grosses puissances),

- la rénovation des 42 armoires électriques,

- l’enfouissement de 3,8km du réseau aérien électrique public (dont la rue Léontine Sohier),

- la rénovation des 24 carrefours de feux tricolores,

- la sonorisation (animations sonores rue Pdt F. Mitterrand),

- les nouvelles illuminations festives (monochrome de couleur blanche),

- la mise en valeur des sites remarquables de la ville (glise, Parc Nativelle…).

Le contrat de partenariat-public privé est un contrat innovant qui permet de réaliser tous ces travaux en même temps sur les trois premières années. Il comprend aussi l’entretien et le confort pour le riverain d’avoir une action point par point en temps réel.

Il a été demandé au partenaire ETDE, de renouveler par moitié plutôt que par tiers les illuminations festives sur la rue Pdt F. Mitterrand et les entrées de ville. La ville devrait donc en bénéficier dès Noël 2010.

La fibre optique sera utilisée dans ce contrat comme vecteur de transmission d’informations, notamment pour de la vidéo-protection. Une étude a identifié les lieux dits « sensibles », ainsi 23 caméras vont être déployées. Le centre de protection urbaine sera installé en centre-ville.

Un conseiller de quartier demande quand les abonnés pourront bénéficier de la fibre optique. D'après les informations données par Free à la ville, des premiers abonnés Free pourront bénéficier des offres « fibre optique » à partir du 1er trimestre de l’année 2011. La Ville s’est aussi rapprochée des autres opérateurs afin que tous les Longjumellois puissent bénéficier dès que possible d'offres de fibre optique.

Un conseiller de quartier demande le coût de ce contrat de 20 ans, et si cela prend en compte l’innovation technologique. Ce contrat de partenariat d’une durée de 20 ans à un coût de 16 millions d’euros et il prend en compte l’innovation technologique ainsi que l’entretien du parc. Il va permettre de bénéficier d’une même identité visuelle et d'un meilleur sentiment de sécurité.

 

3.Questions diverses

Un conseiller de quartier soulève la question des nuisances sonores en période estivale à proximité du théâtre, occasionnées par des jeunes qui s’installent sur les marches. Il a été indiqué que lorsque cela se produit, il faut faire appel aux médiateurs de la ville.

Un conseiller de quartier soulève les questions de la circulation rue du Canal et de la fréquentation des zones enfants dans les parcs publics (Moulin St. Martin). La circulation à contre sens d’une partie de la rue du Canal est en sens interdit a déjà été remontée par des habitants. Le Commissaire a déjà été alerté de la situation. Pour la fréquentation des zones enfants par des attroupements de jeunes le service médiation va être prévenu de la situation.

Une conseillère de quartier souhaiterait être informée des avancées du projet Cinéma. Le projet avance. Lors du dernier Conseil Municipal a délibéré en faveur d’une demande de subvention pour le lancement d'une étude de marché auprès de la Caisse des Dépôts et Consignations, qui a déjà accompagné une quinzaine de villes sur des projets similaires.

Un conseiller de quartier soulève la question de la place de la Ville et de la Communauté d’agglomération dans les projets du Grand Paris et l’OIM du plateau de Saclay. Adeline Hubert-de Calan a indiqué que la Ville et la Communauté d’agglomération s’inscrivent dans ces deux projets. Une redynamisation du centre-ville est pour cela nécessaire afin que Longjumeau soit un pôle d’attractivité. La Communauté d’agglomération a aussi beaucoup d'autres projets : la requalification de la Vigne aux Loups, un projet d’initiative public pour le déploiement de la fibre optique, un plan de circulations douces etc…

Fin de la séance : 22h45

Partager cette page sur :

facebook twitter google

Haut de page