Mercredi 22 Août 2018

Longjumeau, le site Internet

Vous êtes dans : Accueil > Démocratie locale > Comités de quartier et réunions publiques > Centre-Ville > Centre-Ville Mairie > 2009-2010 > Deuxième séance du Conseil de quartier Centre-Ville-Mairie

Démocratie locale

Deuxième séance du Conseil de quartier Centre-Ville-Mairie

Conseil de quartier Centre-Ville Mairie le 17 février 2010

Le Conseil de quartier Centre-Ville-Mairie s'est tenu le 17 février 2010, a été très dense et a duré plus de trois heures.

Résumé du compte-rendu du Conseil de quartier Centre Ville-Mairie, du mercredi 17 février 2010

Compte-rendu en attente de validation par la secrétaire de séance

Absents : Christophe Fauchet, Kokiladeui Rajaram, Yvette Rousseau.

Excusés : Jonathan Bensoussan, Martine Fedon-Gauteron, Elisabeth L’Huillier, Agnès Main, Michèle-Laure Pelletier, Catherine Richands Plats, Roger Veinère

Élus présents :

- Catherine Rousselet-Millot, Première adjointe au Maire chargée de la Culture, de l’Animation, du Développement Economique et l’Insertion professionnelle des Jeunes

- Jérémy Martin, Adjoint au Maire à la Démocratie locale

- Geneviève Wendling, Adjointe au Maire chargée de la Sécurisation et l’Accessibilité aux Commerces de la Ville

- Sandrine Gelot-Rateau, Adjointe au Maire chargée du Développement Durable, de la Voirie et des Travaux

- Rémi Bétin, Conseiller Municipal délégué aux nouvelles technologies

Début de la séance : 19h30

- Ouverture du Conseil de quartier, par Adeline Hubert-de Calan, Adjointe au Maire et Présidente du Conseil de quartier Centre Ville-Mairie

- Désignation du secrétaire de séance : Martine Fillatre

A. Informations diverses :

- concernant la collecte du verre en apport volontaire :

-annonce de la baisse prévisionnelle de la taxe sur les ordures ménagères de -5%, suite au passage de la collecte de verre en apport volontaire

-l’aménagement des couvercles et du diamètre ainsi que la mise en place stationnement en dépose-minute devant chaque collecteur à verre sont prévus

-des panneaux vont être installés sur les collecteurs afin d’expliquer la typologie des verres collectés

Un conseiller de quartier a fait remarquer qu’il serait bien que le couvercle s’ouvre totalement afin que l’on introduise d’une main les bouteilles dans le collecteur. Sandrine Gelot-Rateau a expliqué que la fermeture automatique du couvercle est une sécurité prévue contre la pluie et les mauvaises odeurs. Elle a indiqué que l’aménagement du couvercle est à l’étude.

Un conseiller de quartier a posé la question de savoir si le ramassage du SIOM de tous les collecteurs étaient effectifs. Sandrine Gelot Rateau a répondu que seul celui de la Peupleraie se situe dans une zone de stationnement gênante et donc la relève de ce collecteur n’est pas possible. Ainsi il est prévu de le déplacer.

Elle a aussi précisé que les collecteurs à verre sont ramassés tous les jeudis, et qu’une personne du SIOM vérifie l’état de remplissage en attendant qu'ils soient aménagés d’une puce. Cela permettra de suivre informatiquement le niveau de remplissage, et ainsi le collecteur serait ramassé seulement si il est rempli. Et inversement si nécessaire il pourra être ramassé plusieurs fois par semaine, sans coût supplémentaire pour la Ville.

Sandrine Gelot-Rateau a précisé que nous sommes la dernière Ville sur le territoire du SIOM à être passée en collecte du verre en apport volontaire, et que le fabriquant a fait évolué le collecteur au fur et à mesure du temps. Et par conséquent le diamètre s’est réduit pour éviter un mauvais tri du verre, comme par exemple : on ne met pas dans le colleteur du verre de vaisselle, ou vitre cassée car ils contiennent du plomb !

Un conseiller de quartier demande s’il est possible de mettre en place un service aux personnes âgées qui ne peuvent pas se déplacer. Sandrine Gelot-Rateau a précisé que dans les trois foyers seniors le dispositif est prévu. Et que l’on étudie avec le service seniors, comment on pourrait l’adapter aux particuliers à travers une chaîne de solidarité.

- concernant les nuisances sonores de la patinoire : il y a eu deux types de bruits celui des enfants et de la musique et celui des animations musicales financées par la communauté d’agglomération. La structure souple du chapiteau ne permet pas d’empêcher la diffusion du bruit, et de le confiner à l’intérieur du chapiteau.

Catherine Rousselet-Millot a précisé que peut être la patinoire 2009 avait à son agenda de trop nombreuses animations par rapport à la patinoire 2008. Il faudra trouver un juste équilibre s’il y a une patinoire pour l’année 2010.

Elle a reprécisé que toutes les remarques seront prises en compte dans le futur cahier des charges de la prochaine patinoire qui n’est pas encore un projet arrêté.

B. Ordre du jour :

1. Le Tour de France, Arnaud Perrin Directeur de la Communication

Longjumeau est la dernière ville-départ du Tour de France 2010. Le départ de cette étape de 106km se fera vers 13h30-14h, avec le passage traditionnel de la caravane publicitaire au préalable.

Il y a deux départs: un départ fictif et un départ réel. Le départ fictif correspond au tour qu’ils feront dans la ville, dont le tracé sera définitif début mars. La ville veut que le Tour de France passe par un maximum de quartiers, cependant cela n’est pas techniquement possible. Les seules contraintes imposées sont que les cyclistes ne doivent pas se croiser, et dès que l’on sort de la ville, le départ réel commence. Par conséquent il ne passera pas par Balizy Gravigny, car la route de Corbeil est le seul axe disponible et que l’on ne peut donc pas éviter le croisement des cyclistes. Le départ réel commence une fois que les cyclistes sont arrivés à la sortie de la ville où le chronomètre démarre.

Au-delà du départ, l'objectif est d'avoir un maximum d'animations sur ce thème tel un fil jaune qui irait jusqu’au jour J. Par exemple cette année les vœux à la population et le Salon des indépendants avaient comme thème du Tour de France, et de nombreuses associations l’ont aussi choisi pour thématique (Carnaval, fête de l’école de Balizy). Le Tour de France est avant tout une fête populaire.

Agenda des animations Tour de France :

Jour J. : 25 juillet : parcours dans la ville et point de départ

un village départ sera situé près du stade, il s’agit d’un village VIP, l'accès est très limité par l’organisateur A.S.O., la ville dispose de très peu de places.

un village départ ville sera organisé par la Ville ouvert à tous et sera situé à côté du village départ

Ce fil jaune se manifeste aussi par des animations transverses, les décorations des parcs, des ronds-points, et des vitrines … Les accueils de loisirs et l’Espace jeunes réfléchissent aussi sur le sujet

Bourse au vélo : 3 avril, qui s’intègre dans la semaine du développement durable du 1er au 7 avril

Cette bourse au vélo permettra la réparation, le diagnostic mais aussi l’échange et le don à travers une zone de troc. Une piste est aussi prévue pour essayer les vélos.

Une mini convergence cycliste au départ du marché Bio : chaque 1er dimanche du mois : à partir du 4 avril, 2 mai, 6 juin et le 4 juillet (dernière convergence avec des vélos décorés)

L’année dernière lors la convergence cycliste du 7juin, Longjumeau a gagné le prix de la ville la plus cyclotouriste. Le projet de la création d'un piste cyclable en cours, mais le financement est plus compliqué que prévu. Les transports étant une compétence transférée, la communauté d’agglomération travaille sur ce dossier. Cette année la convergence cycliste aura lieu le 6 juin, Longjumeau y participera de manière symbolique.

J-30 : samedi 26 juin

Cette journée festive est encore à l’état de projet. L’idée initiale est que tous les Longjumellois s’approprient le Tour en participant à des animations, par exemple des relais de vélos amusants. L’objectif étant qu’un maximum de personnes participe au Tour de France. Cela serait aussi l’occasion de matérialiser le parcours des cyclistes dans la ville, et les points d’animations du jour J. Le rond-point entre le boulevard du Docteur Cathelin et le Pdt F. Mitterrand est un lieu intéressant, on peut imaginer une animation à cet endroit, ce qui permettrait d’éviter la concentration sur le lieu du départ (à réfléchir)

Rencontres inter-quartiers lors de la journée citoyenne du 14 juillet

Les cinq quartiers de la ville sont invités à se rencontrer dans des épreuves physiques et intellectuelles. Un groupe par quartier, constitué par exemple de trois adultes et deux enfants, portera les couleurs de son quartier qu’il devra mobiliser.

Les débats se sont orientés sur le coût occasionné par le Tour de France :

Longjumeau est une ville-départ donc la ville n’est pas obligée de refaire ses voiries afin d’avoir un tapis parfait pour les cyclistes. Le Tour de France ne va pas occasionner de travaux supplémentaires. Pour une ville-arrivée la redevance est plus importante et la voirie doit être parfaite pour permettre l’arrivée des cyclistes.

La redevance est d’un montant de 50 000 €, le Conseil Général va couvrir 50% de la redevance comme ce fut le cas lors des précédentes étapes du Tour de France dans le département. La Mairie s’est rapprochée des villes de Marcoussis et d’Etampes qui ont déjà reçu le Tour, afin de partager leurs expériences.

Pour le village départ, il y a une réglementation drastique en matière de sponsors. Par contre pour le village départ ville tous les sponsors sont envisageables. Ainsi pour les animations accompagnant cette manifestation, la Municipalité fera appel à des financements publics privés. Elle l’a déjà fait pour la patinoire, qui n’aura coûté au final que 8 000€ aux Longjumellois sur les 117 000€ du coût total de la manifestation.

La Mairie a pris contact avec une société qui recycle les bâches. Elle se propose de récupérer les bâches du Tour pour confectionner des sacs. Il y a différentes manières de couvrir les frais, Marcoussis à réussi à couvrir 100% ses frais annexes.

Une conseillère de quartier a fait remarquer que la rue Danièle Mayer n’est pas sur le GPS, et qu’il situe encore la mairie de Longjumeau au Parc Nativelle. Ce sont peut-être des éléments à prendre en compte pour le jour J. Il y aura certainement des personnes perdues. Un conseiller de quartier lui a répondu que rien ne vaut les bonnes viennent méthodes : la carte !

Un conseiller de quartier demande si le projet de piste cyclable avance, et si le Tour de France est un accélérateur du Vélo à Longjumeau ? Sandrine Gelot-Rateau a répondu que le transport est une compétence transférée à la communauté d’agglomération. Il y a un projet de piste cyclable qui relierait la route de Corbeil et le verger pédagogique. Cette piste cyclable s’inclut dans le plan du maillage du projet transport des pistes cyclables de la communauté d’agglomération.

Un conseiller de quartier pose la question des aménagements fleuris à l’occasion du Tour de France ? Sandrine Gelot-Rateau a précisé que le fil jaune de cette année est en effet le Tour de France, et cela dès les vœux à la population. Les massifs seront fleuris en jaune blanc, cela sans surcoût pour la Ville.

Un conseiller de quartier, dans le cadre de la rencontre inter-quartier, a proposé de jouer au billes, jeu que l’on surnomme le Tour de France.

Il a été précisé que la Mairie était ouverte à toutes les propositions, et que si certains se sentent l’âme de leaders pour monter un groupe qui représenterait le quartier… ils seraient les bienvenus !

De plus l’ALBG cherche des vélos de petite taille pour cet inter-quartier, si certains d’entre vous en possèdent, merci de nous contacter.

La Mairie est à l’écoute de toutes les idées que vous pourriez avoir !

2. La relance du commerce en centre ville, Geneviève Wendling Adjointe au Maire chargée de la Sécurisation et de l’Accessibilité aux Commerces de la Ville

Le Fond d’Intervention pour les Services, l’Artisanat et le Commerce (FISAC) est un outil d’accompagnement qui vise à préserver ou à développer un tissu d’entreprises de proximité.

La Ville de Longjumeau a constitué, en partenariat avec l’association des commerçants et la Chambre du Commerce et de l’Industrie et la Chambre des Métiers et de l’Artisanat de l’Essonne, un dossier de demande de subvention au titre du FISAC. Ce dossier comporte des actions, échelonnées sur trois ans, contribuant à la redynamisation commerciale du centre-ville. Ces actions prévoient notamment une étude des conditions de circulation et de stationnement en centre-ville, la réalisation de travaux de rénovation du marché et d’aménagement de la rue du Pdt. F. Mitterrand ainsi que la création de nouveaux parkings de proximité. Des actions d’animations et de communication seront également entreprises, et des aides financières proposées aux commerçants pour rénover leurs boutiques.

Le dossier est actuellement en cours d’instruction au niveau des services de l’Etat. Les actions ne pourront être engagées qu’à compter de l’avis définitif d’attribution de subvention attendu au 1er semestre 2010.

Un conseiller de quartier a posé la question de l’installation d’une Librairie? Catherine Rousselet-Millot s’explique c’est un projet est en cours. C’est très difficile car les librairies de commune ont beaucoup de mal à fonctionner à cause des grands distributeurs.

Un conseiller de quartier a indiqué que sur France info, il y a des discussions avec des libraires, et qu’ils apportent des conseils et orientent les clients. Avec la Bibliothèque on a essayé d’inciter un libraire à venir, il n’est pas un simple vendeur, pour compléter ce qui vient d’être dit, le commerce à besoin de clients.

Un conseiller de quartier dit que le marché est un pôle important, pourquoi ne pourrait-on pas avoir un retour de cette fréquentation sur le commerce du centre ville.

Geneviève Wendling a précisé que le nouveau délégataire du marché travaille en partenariat avec les commerçants du marché, et ils ont ainsi offert à travers un jeu concours, des repas dans les restaurants du Centre Ville à l’occasion de la Saint Valentin, il y aura le même type d’animations tout au long de l’année.

Un conseiller de quartier fait remarquer que les propos employés sont très optimistes « petits frémissements », alors qu’il y a la fermeture de nombreux commerçants. La Mairie ne pourrait-elle pas avoir une plus grande maitrise sur l’attractivité de la Ville pour les commerçants. Car on remarque une inégalité entre les commerces de services qui ne cessent d’augmenter (agence immobilière, coiffeur, banque) et la disparition des commerces de bouche (boucher, traiteur etc…)

Selon un autre Conseiller de quartier, il faut un changement des habitudes de consommation, le problème c’est que les grandes surfaces proposent des prix défiant toutes concurrences.

Un conseiller de quartier pose la question : la Mairie ne pourrait-elle pas avoir une influence sur le prix du m2 ? Adeline Hubert-de Calan, a expliqué que la Mairie ne peut pas intervenir, car il s’agit de biens privés et de la libre concurrence du marché à travers l’offre et la demande. Geneviève Wendling a précisé néanmoins que la Mairie bénéficie d’un droit de préemption en cas d'abondon d'une activité. Depuis 2 ans on constate aucune fermeture.

Un conseiller de quartier pose la question du projet de renaturation des berges de l'Yvette. Sandrine Gelot-Rateau a rassuré les Conseillers de quartier en affirmant que l'on ne touchera pas aux propriétés privées. Actuellement il est difficile de communiquer des informations sur l’étude. Le projet définitif sera présenté en Conseil de quartier.

Adeline Hubert-de Calan a demandé aux conseillers de quartiers combien d'entre eux fréquentent régulièrement les commerces du Centre Ville : réponse 50% des présents

3.Le déploiement de la fibre optique à Longjumeau, Rémi Bétin Conseiller Municipal délégué aux nouvelles technologies

Deux projets de déploiement de la fibre optique sont en cours : une opération d’initiative privée opérée par Free à destination des particuliers, et une opération d’initiative publique opérée par la communauté d’agglomération à destination des entreprises.

Tout d’abord qu’est ce que la fibre optique et que représente-t-elle ? C’est un fil en verre ou en plastique très fin qui a pour propriété de conduire la lumière et sert dans les télétransmissions terrestres et océaniques de données. Elle offre un débit d’informations nettement supérieur à l’ADSL (5 fois plus importante à la réception, et 50 fois plus importante à l’émission). Cette technologie peut permettre des usages nouveaux à l’utilisation d’internet comme le télétravail par exemple.

La société Free a choisi Longjumeau comme ville exemple du déploiement de la fibre optique et de l'offre des garanties de concurrence.

Le point de raccordement se situe dans le quartier des fleurs, au niveau de la rue des Bleuets. Le déploiement de la fibre optique va commencer dès la semaine prochaine. Les travaux opérés sur la voirie ne représenteront que 600 m de tranchées. L’absence de travaux de génie civile de grande ampleur s’explique par le fait que Free va se servir des fourreaux de France Télécom pour raccorder toute la ville. Mais ce déploiement s’arrête au niveau des parties privatives.

La question se pose ainsi pour l’aménagement de ces parties privées. Les bailleurs sociaux et d’ASL ont reçu un courrier de Free leur demandant de mettre ce point l’ordre du jour de leur Assemblée générale. Car si la copropriété en question souhaite que Free déploie la fibre optique, il faut signer une convention.

La loi de modernisation économique du 4 août 2008 prévoit un cadre réglementaire. De plus Free propose des garanties de libre concurrence, ce réseau sera loué aux autres opérateurs. Même si Free est l’opérateur qui installe l’infrastructure, toute personne est libre de choisir un autre opérateur.

Les débats se sont orientés sur : les travaux de manière générale, la capacité des fourreaux de France Telecom à contenir cette nouvelle technologie, et la qualité du débit. Les conseillers de quartiers ont été rassurés de savoir que le débit était égal et maximal indépendamment de la distance du nœud.

Un article dans le magazine de mars sera dédié à la fibre optique, et Rémi Bétin a indiqué qu’il restait disponible pour toutes informations complémentaires.

4.La Vidéo protection, Jérémy Martin Adjoint au Maire à la Démocratie locale

Le partenariat public privé est composé de l’éclairage public et de la vidéo-protection. La vidéo-protection a franchi une nouvelle étape lors du Conseil Municipal du 8 février qui a voté la demande d’autorisation au préfet.

La vidéo-protection s’accompagne de la prévention et de la médiation. L’objectif est de faire reculer le sentiment d’insécurité. Le service médiation-protection, renforcé par un troisième médiateur, travaille à un meilleur vivre ensemble. Ils interviennent par exemple dans le cadre des conflits de voisinage. La proximité du médiateur avec le terrain lui permet une meilleure réactivité.

Le Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CLSPD), composé des chefs d’établissement, d’un procureur de la République, du commissaire etc…, travaille sur l’évaluation et la mise en œuvre des actions de prévention de la délinquance... Le CLSPD a constaté qu’il s’agit de la petite délinquance et que l’on retrouve souvent les mêmes actes de vandalisme et de dégradation de biens publics. Il est prévu 23 caméras qui seront placées notamment dans les gares, le centre-ville, la Rocade, les Coteaux. Leurs emplacements sont toujours à l’étude.

Il s’agit d’un sujet complexe où il faut trouver un équilibre entre le recul du sentiment d’insécurité et l’impression d’être en permanence surveillé.

Longjumeau ne connaît pas une grande délinquance, mais la vidéo-protection peut aider à faire baisser d’au moins 5% la délinquance actuelle, ce qui n’est pas négligeable. Elle permettra aussi de résoudre les affaires non résolues ou classées sans suite. Mais cela ne pourra pas se faire sans une réelle réactivité. Des agents municipaux seront formés à l’utilisation du matériel, dans le respect des libertés individuelles.

Les débats et échanges entre les conseillers de quartier, chacun a fait partager son expérience personnelle pour au final des avis plutôt favorables.

- Clôture de la séance,

Fin de la séance : 22h45

Partager cette page sur :

facebook twitter google

Haut de page