Mardi 18 Décembre 2018

Longjumeau, le site Internet

Vous êtes dans : Accueil > Collecte des déchets : le point sur la situation

Collecte des déchets : le point sur la situation

Collecte des déchets : le point sur la situation

Depuis le 1er novembre, un mouvement de grève lancé par l’Union Départementale CGT perturbe fortement la collecte des déchets ménagers.

Depuis le 1er novembre, une grève illimitée lancé par l’Union Départementale CGT perturbe fortement la collecte des déchets ménagers effectuée par le Siom. En cause : des revendications salariales et le refus d'une nouvelle convention collective par une partie du personnel. La grève se durcit. Certains agents jusqu'au-boutistes empêchent les non-grévistes de travailler, allant jusqu'à l'intimidation physique. A Longjumeau, les ordures n'ont pu être ramassées dans certaines impasses pour cette raison. La situation est donc très difficile, c'est pourquoi les 17 maires des communes impactées appellent à la reprise immédiate du dialogue entre la CGT et la direction de la société Sepur, nouveau prestataire du Siom.

Le 30 novembre : tout faire pour assurer la continuité du service, malgré les perturbations

Depuis le 1er novembre les équipages missionnés par la société SEPUR, pour faire face au mouvement social lancé par la CGT, ont oeuvré pour maintenir la continuité du service public de collecte. Celle-ci a pu se faire toutes les fois que cela était possible, sur tous les flux.

Cependant des perturbations ont affecté l’amplitude des tournées ou provoqué des défauts de collecte dans certains secteurs, obligeant à un ramassage des déchets tous flux confondus. Elles ont été progressivement maîtrisées.Désormais, dans toutes les communes, les tournées sont effectuées comme à l’accoutumée et par flux séparés. Pour autant des rattrapages sectoriels tous flux peuvent être effectués si nécessaire.

Depuis le 1er novembre les équipages missionnés par la société SEPUR, pour faire face au mouvement social lancé par la CGT, ont oeuvré pour maintenir la continuité du service public de collecte. Celle-ci a pu se faire toutes les fois que cela était possible, sur tous les flux.Cependant des perturbations ont affecté l’amplitude des tournées ou provoqué des défauts de collecte dans certains secteurs, obligeant à un ramassage des déchets tous flux confondus. Elles ont été progressivement maîtrisées.Désormais, dans toutes les communes, les tournées sont effectuées comme à l’accoutumée et par flux séparés. Pour autant des rattrapages sectoriels tous flux peuvent être effectués si nécessaire.

Le 14 novembre : Les 14 maires du Siom appellent à la reprise du dialogue social entre la CGT et la direction de la Sepur

Le Siom de la Vallée de Chevreuse (Siom *) a attribué en septembre 2018 un marché de collecte des déchets ménagers et assimilés sur 17 communes du territoire à la société SEPUR, au terme d’un appel d’offres lancé en novembre 2017. Conformément à la Convention Collective Nationale des activités du déchet du 11 mai 2000 (annexe 5 modifiée par l’avenant 53 et aux dispositions du cahier des charges), la société SEPUR a l’obligation de reprendre le personnel de l’entreprise sortante (société OTUS).

Depuis le 1er novembre 2018, date de démarrage de ce nouveau marché, le personnel de collecte attaché au site de Villejust a entamé une grève illimitée qui porte sur les conditions de transfert du personnel vers le nouvel opérateur. Il est clair qu’une grève lorsqu’elle se déclenche doit servir à favoriser la reprise du dialogue. Or, depuis le début du mouvement, c’est tout le contraire qui s’est produit et les négociations sont au point mort entre les deux parties. Cette situation ne peut plus durer. D’autant que les élus du Siom ont la volonté de garantir la continuité du service public de collecte des déchets qui s’effectue actuellement dans un contexte très difficile.

C’est pourquoi, les 17 maires des communes impactées appellent à la reprise immédiate du dialogue entre les représentants des instances syndicales CGT et la direction de la société SEPUR pour sortir le plus rapidement possible de cette grève.A cette fin, ils demandent aux représentants de l’Etat dans le département de tout mettre en oeuvre pour favoriser la reprise des discussions.

 

Le 9 novembre : "Le service public de collecte continue à être assuré".

Depuis le 1er novembre, un mouvement de grève lancé par l’Union Départementale CGT perturbe la collecte des déchets ménagers sur 17 communes (*) de notre territoire.

Ce mouvement fait suite aux conditions de reprise des salariés par le nouvel opérateur de collecte, la société Sepur, sur les bases de la convention collective nationale des activités du déchet. C’est dans ce cadre que le personnel de la société Otus (l’ancien prestataire) est transféré chez Sepur. Les discussions salariales, qui avaient pourtant bien débutées, se sont soudainement durcies et les négociations sont bloquées. La Direction départementale du travail est désormais saisie du dossier afin que le dialogue soit renoué entre les salariés et leur nouvel employeur et qu’une solution soit trouvée pour mettre un terme à ce conflit social.

En attendant une issue favorable que je souhaite rapide pour tous, la société Sepur a missionné d’autres équipages pour maintenir et poursuivre le service de collecte en porte à porte.

Ceux-ci font le maximum pour effectuer le ramassage des déchets ménagers, même s’ils ne connaissent pas tous les recoins de notre territoire.

Ils le font également dans un contexte difficile : plusieurs équipages ont été interceptés par des individus les forçant à arrêter leur service. Au regard de la gravité de ces actes, tout à fait intolérables, j’ai alerté dès la semaine dernière les autorités sur la nécessité de garantir la bonne marche du service de collecte.

La situation peut donc effectivement impacter votre quotidien et nous le regrettons. Mais je veux vous assurer que toutes les collectes des déchets ménagers sont maintenues. Par contre, dans les conditions actuelles de grève, elles ne peuvent pas être exécutées de façon optimale. Ici ou là, l’amplitude horaire des tournées est susceptible de varier.

C’est pourquoi nous vous demandons de bien vouloir laisser vos bacs sortis afin qu’ils soient collectés au fur et à mesure des tournées.

Soyez assurés que nous sommes tous, prestataire, élus et services du Siom, entièrement mobilisés pour mener à bien la mission de service public de collecte qui doit être poursuivie de façon régulière.

Jean-François Vigier, président du Siom

(*) Le Siom comprend les communes de Bures-sur-Yvette, Champlan, Chevreuse, Gif-sur-Yvette, Gometz-le-Châtel, Igny, Les Ulis, Longjumeau, Orsay, Palaiseau, Saclay, Saint-Aubin, Saint-Rémy-lès-Chevreuse, Vauhallan, Villebon, Villejust et Villiers-le-Bâcle.

Partager cette page sur :

facebook twitter google

Haut de page