Dimanche 22 Octobre 2017

Longjumeau, le site Internet

Vous êtes dans : Accueil > Aménagement > Grands projets > Quartiers sud > Des jardins dans les écoles

Aménagement

Des jardins dans les écoles

Les quatre écoles du plateau Saint-Éxupéry-Schweitzer sont réunies autour d’un projet commun.

Chacune d’entre elles, les maternelles Bastié et Schweitzer, les élémentaires Saint-Éxupéry et Schweitzer, cultive une parcelle de terre, dans le but d’embellir l’environnement scolaire et de sensibiliser enfants et parents à la nature et à la biodiversité.

« - Maîtresse comment va-t-on faire pour se partager les fraises ?

- Et bien, on fera des divisions et des fractions, » répond l'enseignante. C'est à ce type d'interrogation que doivent répondre les enseignants des quatre écoles du plateau Saint-Exupéry-Schweitzer depuis que celles-ci accueillent en leur sein des jardins pédagogiques.

Leçon de choses

Les mains dans la gadoue, c'est tellement mieux ! C’est surtout beaucoup plus concret et terriblement fascinant pour sensibiliser les enfants aux équilibres naturels, aux cycles saisonniers, au cycle de la vie du monde végétal… Comment cette petite graine que j’ai mise en terre devient une carotte ? Le champ des possibles est très vaste.

De tels jardins sont aménagés dans d'autres écoles de la Ville. A Guynemer par exemple, le potager fonctionne depuis quelques années déjà. L'originalité du projet du plateau est de fédérer quatre écoles et de proposer une organisation originale pour assurer l'entretien.

L'implication des parents

Chaque école plante, cultive, entretient et utilise à sa manière, dans son enceinte, une parcelle de terre en sollicitant l’implication des parents. Ceux-ci donnent des graines, du temps pour l’entretien, apportent des déchets organiques pour le compost, proposent des idées… Ils assurent aussi la prospérité du jardin pendant les vacances scolaires, clé de la pérennité de l'initiative.

Les jardins ont été aménagés dans les cours d'écoles par les services techniques de la Ville. Les gardiens des écoles, Jean-Pierre Halama et Karim Moulaï, prennent le relais : « Jean-Pierre et Karim sont toujours prêts à rendre service au-delà de leur rôle de gardien. Leurs coups de bêche ne sont pas du luxe quand la terre est trop dure ! » développe Madame Raffard, la directrice de la maternelle Maryse Bastié.

Graines de quartiers

Un projet participatif, impliquant les habitants et travaillant sur l’image des quartiers sud, il n’en fallait pas plus pour éveiller l’intérêt de la maison de quartier Colucci. Celle-ci, qui sert déjà de base à l’association de fleurissement des quartiers sud Graines d’habitants, a mis ses outils de jardinage et le savoir-faire de ses adhérents à la disposition des écoles. « Nous sommes partenaires des écoles pour la logistique : commande de plantes, de terreau, d’outillage. Et puis s’il y a besoin d’un conseil, nos spécialistes de Graines d’habitants sont là », explique Fred Baustier, le directeur adjoint du centre social.

Au fil de l’évolution de leurs plantations, les écoles ont prévu de se rendre des visites de courtoisie.

« Nos écoles sont enclavées dans un quartier qui n'a pas toujours bonne réputation, explique Madame Mary, directrice de l’école Saint-Exupéry. Nous créons une animation qui va lui permettre de rayonner différemment. »

Le potager aromatique

élémentaire Saint-Éxupéry

La ville a installé deux grands bacs dans la cour du bas de l’école. Les gardiens se sont ensuite occupés de préparer le terrain. « J’ai retourné la terre pour l’aérer et la rendre plus meuble, explique Jean Pierre Halama. Ce sera plus facile pour les enfants de mettre en terre leurs plantes. Je donnerai sûrement un coup de main pour les tâches physiques un peu plus conséquentes ou pendant les vacances quand il n’y aura personne d’autre pour arroser. »

Ici, on s’est surtout orienté vers les légumes et les plantes aromatiques (thym, romarin, menthe…).Le jour de la plantation, l’enthousiasme, voire l’excitation, sont débordants. Tout le monde veut mettre la main à la pâte. « Maîtresse, je peux creuser ? Maîtresse, je peux mettre la plante dans la terre ? Maîtresse, je peux… » L'enseignante réussit à donner à chacun une tâche à accomplir et à calmer les impatiences. D’autant que le travail ne manque pas. Il faut préparer des trous, dépoter les plantes, les mettre en terre, ramener de la terre au pied de la plante avec une griffe, mettre l’étiquette correspondant à la plante puis enfin arroser. Equipés de leurs saillants petits tabliers, les enfants exécutent toutes ces tâches avec application. « Et maintenant Maîtresse ? », « Maintenant les enfants, on attend que ça pousse ! » Pour patienter, en classe, les élèvent peuvent maintenant par l'exemple étudier la croissance des plantes, évoquer la photosynthèse…

Le jardin écolo

maternelle Maryse Bastié

Des parents d’élèves du collectif des parents du plateau ont proposé à l’équipe enseignante de l’école maternelle Bastié la création d'un jardin pédagogique. Après concertation avec les services de la ville, parents et enseignants ont défini un plan délimitant différentes zones : un espace plantes aromatiques, un espace fleuri, un espace verger (framboisier, prunier…) et un espace spécialement aménagé autour d’un banc pour la lecture de contes.

Le projet est écolo et les espèces sont choisies en fonction de leur faible gourmandise en eau. Lors de la mis en terre, les tout-petits entouraient leur maîtresse et observaient avec curiosité le gardien creusant de profonds trous à la bêche. Une fois les arbustes en place, les enseignantes ont mis des seaux de terreau à la disposition des enfants, qui par belles poignées en déposaient, avec plus ou moins de parcimonie, aux pieds des arbres fruitiers. Les sourires sur leurs visages en disaient long sur le bonheur simple de jardiner !

Le jardin potager

élémentaire Schweitzer

Les deux cours de l’école Schweitzer possèdent de belles bandes de terre qui accueillent aujourd'hui des espaces jardins sur deux niveaux. Celui du bas est entre les mains de deux classes de CP, une de CE1 et de la CLIS (Classe d'Inclusion Scolaire). Celui du haut est entretenu par deux classes de CE2.

Ici aussi, les gardiens ont préalablement préparé le terrain avant que les enfants plantent et sèment. Les maîtres ont mis en place un roulement où chacun tient son tour de garde pour accueillir les enfants volontaires pour l’arrosage et l’entretien quotidien.

Il faut s’occuper de la partie potagère et de la partie florale. « Nous avons semé des carottes, des radis, des petits pois, des potirons, des cornichons… énumère Madame Cherfi, la directrice. Les enfants sont fascinés par la rapide sortie de terre des jeunes pousses. Par contre, après, il faut laisser les légumes grossir et l’impatience s’installe. » Jibril, 9 ans, est le responsable du jour pour l’arrosage raisonné (eh oui, la gestion de l’eau est aussi abordée).

Le projet est déjà une belle réussite puisque les passants qui descendent la rue Renard s’arrêtent et discutent avec les jeunes jardiniers à l’ouvrage. « L’école a déjà une autre image » conclut la directrice.

Le jardin des 5 sens

maternelle Schweitzer

Il est planté tous les ans après la rentrée scolaire de septembre en concertation avec le centre technique municipal et les gardiens. Au cours de l'année scolaire, les parents volontaires participent à des ateliers en classe pour préparer les semis.

Partager cette page sur :

facebook twitter google

Haut de page