Dimanche 22 Octobre 2017

Longjumeau, le site Internet

Vous êtes dans : Accueil > Aménagement > Grands projets > Lycée Prévert > Rencontre avec Dominique Nguyen Duc Long, proviseur du lycée Prévert

Aménagement

Rencontre avec Dominique Nguyen Duc Long, proviseur du lycée Prévert

A la rentrée 2010, le lycée a accueilli un nouveau proviseur qui sera en charge de suivre jusqu'à son terme le projet de rénovation.

Quel a été votre 
parcours avant d'arriver 
à Longjumeau ?

Je connais bien le lycée Prévert. Après dix années d'enseignement en lycée professionnel, j'ai commencé ma carrière de chef d'établissement en tant que proviseur adjoint de ce lycée en 2002. En 2007, j'ai été nommé au lycée Louis Blériot à Etampes. Après trois années de travail avec des équipes formidables, j'ai demandé à revenir dans le bassin de Massy sans savoir que mon collègue, Jean-Marc Letort, souhaitait partir. C'est avec plaisir donc que je reviens aujourd'hui à Longjumeau.

Comment envisagez-vous votre rôle ici ?

Chaque chef d'établissement a sa personnalité et sa vision, même si notre mission est la même : la réussite de nos élèves.

Je veux surtout être présent et disponible, être à l'écoute des élèves, des enseignants, du personnel et des parents. Je l'ai dit aux familles : je serai toujours disponible pour les recevoir pour tout, ce ne sera jamais pour rien si c'est pour la réussite de leurs enfants, nos élèves.

Je tiens à être sur le terrain pour pouvoir être identifié. Les élèves doivent savoir qui est le proviseur. Le matin, je suis à la grille pour accueillir les élèves. C'est une forme de respect pour certains qui viennent parfois de loin par le bus, pour leur dire bonjour... et aussi pour connaître ceux qui arrivent trop souvent en retard ! Cela permet aussi d'avoir des entretiens informels avec eux. Même avec plus de 900 élèves, il est possible d'être disponible.

Au-delà de la rénovation, quels sont vos projets pour le lycée ?

Le lycée a une bonne renommée, mais avec le potentiel que nous avons, les compétences des enseignants et le niveau de nos élèves, nous pouvons encore améliorer les résultats. Je souhaite que l'on soit dans le top 10 des lycées du département. Nous sommes aujourd'hui 14e, sachant que sur les dix premiers lycées de l'Essonne, six sont privés. Nous pouvons évoluer grâce à un suivi pointilleux des élèves avec les parents et les équipes pédagogiques. A moi de trouver des actions de soutien scolaire, d'aide aux devoirs, de tutorat, pour que les élèves se sentent bien. J'avais déjà travaillé dans ce sens lorsque j'étais à Longjumeau et les remerciements des anciens élèves me confirment dans cette voie.

Je crois aussi que nous devons travailler avec les autres établissements. Depuis l'année dernière, il y a un comité d’éducation à la santé et la citoyenneté (CESC) commun avec le lycée Perrin et le collège Pasteur pour développer des actions de prévention et pour faire des élèves des bons citoyens. J'aimerais pouvoir ouvrir ce CESC à tous les établissements d'enseignement public de Longjumeau, y compris le primaire. Nos futurs élèves sont aujourd'hui au collège et en primaire.

Le Forum des métiers et des formations qui rassemble des anciens élèves, des écoles et des professionnels, et dont la 14e édition se déroulera le 22 janvier 2011 au sein de notre établissement, peut aussi évoluer vers une mutualisation avec tout le bassin d'éducation de Massy. Nous rassemblerions pour l'occasion tous les établissements publics et privés d'enseignements général, technologique et professionnel.

Quels sont pour vous les enjeux principaux de la rénovation du lycée ?

Cette restructuration est importante pour améliorer les conditions de travail. Il y a une grosse attente des élèves et des enseignants. Malgré l'apparence, notre lycée est vétuste et inadapté. Au vu du nombre d'élèves que nous accueillons, nous manquons de place pour des activités extrascolaires et sur les temps de pause. Nous avons la chance d'avoir une vie scolaire active avec un foyer qui fonctionne bien. Mais notre lycée manque de confort, y compris pour les professeurs qui n'ont pas de lieu pour accueillir les parents.

Le temps des travaux ouvrira une période difficile en interne. Il faudra mettre en place des classes provisoires, et organiser le chantier tout en maintenant la qualité de l'enseignement. Mais comme ce projet est attendu par tout le monde, tout se passera bien. Au final, en 2015, nous serons tous contents.

Les proviseurs ont la possibilité de changer d'affectation tous les trois ans. Je prends pour ma part l'engagement de rester au-delà de la réhabilitation. J'ai envie de voir ce bâtiment sorti du sol. C'est important que la région ait, tout au long du dossier, les mêmes interlocuteurs. A mes côtés, Francine Violleau, gestionnaire du lycée depuis 3 ans, assure un suivi rigoureux du dossier, son aide et ses conseils me sont très précieux.

Partager cette page sur :

facebook twitter google

Haut de page