Samedi 19 Août 2017

Longjumeau, le site Internet

Vous êtes dans : Accueil > Aménagement > Grands projets > Clocher de l'église > Les charpentiers sont de retour

Aménagement

Les charpentiers sont de retour

L’avancement du chantier a permis aux menuisiers de poser les abat-sons en attendant les travaux à l’intérieur de l’église sur les planchers et le beffroi.

Après avoir travaillé sur la charpente de la toiture, menuisiers et charpentiers sont de retour sur les échafaudages pour s’attaquer aux abat-sons : « Il fallait attendre que le chantier de restauration et de remplacement de certaines pierres avance pour pouvoir intervenir, explique le chef de chantier. Il en est de même pour la rénovation des planchers et du beffroi, poursuit l’architecte, dès que les échafaudages des tailleurs de pierre auront quitté l’intérieur de l’église, les artisans du bois pourront attaquer le remplacement des planchers et la rénovation du beffroi. »

Les abat-sons

Les abat-sons sont des ouvrages en chêne garnissant les ouvertures du clocher. Un ensemble de lames en bois inclinées fixées dans un châssis en charpente renvoie le son des cloches vers le sol et ventile les charpentes. Leur inclinaison permet aussi d’empêcher la pluie et la neige de s’infiltrer. Sur certains édifices elles sont parfois recouvertes d’ardoises ou de plomb, mais celles de l’église de Longjumeau sont exclusivement en chêne massif. Les menuisiers ont préparé en atelier un modèle d’abat-son en pin pour le présenter à l’architecte qui a opté pour une légère modification quant au modèle ancien : « la dernière lame a été raccourcie pour être de taille identique aux autres ». De retour en atelier, ils ont façonné un châssis cintré dans le haut et régulièrement rainuré par de petits rails de la largeur des pales qui sont posées, elles, sur place. Sur les hauteurs des échafaudages, le chambranle de bois est inséré à petits coups de masse dans son encadrement de pierre. Une fois bien en place, il est profondément vissé à même la pierre, puis les lames de bois sont glissées dans leur emplacement. Autrefois, les pales de bois étaient maintenues par des pattes scellées dans le mur. Aujourd’hui on les visse dans le châssis.

Les planchers et le beffroi

Les travaux sur les contours des baies ont nécessité la pose d’un échafaudage à l’intérieur de l’église. Dès que celui-ci sera démonté, les menuisiers pourront remplacer les planchers et s’attaqueront en parallèle à la rénovation du beffroi.

Le beffroi est une charpente de bois conçue pour isoler les murs de pierre des cloches. Il est constitué d’un entrelacement complexe de croix en chêne et repose sur un rebord en pierre dépassant des murs intérieurs de la tour. Lorsque les cloches sonnent, le chêne, matériau plus indulgent que le calcaire et le gré, absorbe les vibrations. Si les cloches étaient reliées directement à la pierre, leurs vibrations affaibliraient dangereusement les murs qui finiraient par s’écrouler. Le beffroi de l’église Saint-Martin est dans un très bon état. Seul un élément dégradé, mais obsolète, sera supprimé. Pour le reste, il s’agira d’un gros nettoyage et d’un traitement pour continuer de résister au temps.

Partager cette page sur :

facebook twitter google

Haut de page